•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recrutement de médecins : le Nouveau-Brunswick promet d'être plus vigoureux

Un médecin vêtu de son sarrau, avec un stéthoscope lui tombant sur les épaules.

La province est à court de médecins de famille (archives).

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Pascal Raiche-Nogue

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick perd patience face à la pénurie de médecins. Déçue par les efforts de recrutement des régies régionales, Dorothy Shephard promet un effort de recrutement plus vigoureux avec un investissement de 11,1 millions de dollars.

La ministre a eu une bien mauvaise surprise dernièrement en constatant que certains futurs médecins néo-brunswickois passent entre les mailles du filet.

J’ai parlé à pas moins de sept médecins qui vont obtenir leur diplôme et qui n’ont pas été approchés par cette province pour revenir et pour s’installer, a-t-elle raconté cette semaine en mêlée de presse à Fredericton.

Cela ne lui plaît évidemment pas, étant donné que des dizaines de milliers de gens sont sans médecin de famille dans la province et que la pénurie cause toutes sortes d’autres problèmes dans le système de santé.

Cela ne me rend pas heureuse.

Une citation de :Dorothy Shephard, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

Dorothy Shephard va donc apporter d’importants changements pour tenter d’obtenir de meilleurs résultats.

Les efforts de recrutement, qui étaient jusqu’ici faits en bonne partie par les deux régies régionales en collaboration avec le gouvernement, vont être davantage centralisés au sein du ministère de la Santé.

Le ministère adopte une approche un peu plus agressive. Nous allons définir de nouvelles approches afin de recruter des médecins et afin de ne pas laisser filer la moindre occasion.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, lors d'un point de presse le 12mars 2021

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard (archives)

Photo : gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement va consacrer 11,1 millions de dollars au cours de l’année 2021-2022 afin de donner un électrochoc au recrutement de médecins. Cette somme a été annoncée cette semaine par le ministre des Finances lors du dépôt du budget annuel.

Dorothy Shephard ne veut pas que le gouvernement se contente d’offrir des primes d’accueil, comme il le fait déjà en versant des primes qui peuvent atteindre 80 000 $. Elle veut également faire la promotion du Nouveau-Brunswick auprès des médecins.

Je pense qu’il faut aussi vendre le Nouveau-Brunswick. C’est un excellent endroit où vivre, où élever sa famille, le coût de la vie est exceptionnel, a expliqué Dorothy Shephard en entrevue avec la CBC.

« On est super contents d’accueillir cette information »

L’investissement de 11,1 millions et la promesse d’adopter une approche plus vigoureuse en matière de recrutement de médecins sont bien accueillis par la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB).

C’est ce qu’explique sa porte-parole, la Dre Michèle Michaud, qui siège au sein de son conseil exécutif.

C’est certain qu’à la Société médicale, on est super contents d’accueillir cette information. On est contents de savoir que notre gouvernement voit l'importance du recrutement et de la rétention des médecins dans la province, dit-elle.

Michèle Michaud en entrevue par vidéoconférence.

La Dre Michèle Michaud, médecin de famille à Edmundston et membre du conseil exécutif de la Société médicale du Nouveau-Brunswick (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

Lorsqu'on lui demande quelles méthodes de recrutement fonctionnent afin d'attirer des médecins, elle propose quelques réponses.

Elle note que les salaires sont importants et qu’ils doivent être compétitifs. Mais l'argent est loin d’être le seul facteur qui entre en ligne de compte.

Selon elle, les médecins sont à la recherche d’une bonne qualité de vie, à la fois personnelle et professionnelle. Pour les attirer au Nouveau-Brunswick, il faut aussi que les membres de leur famille y trouvent leur compte.

C’est important de recruter le médecin, mais aussi sa famille. Donc il faut impliquer davantage les gens au niveau régional de ce côté-là pour trouver des emplois à ces gens-là. Pour permettre une rétention des médecins et des gens qu’on recrute dans nos régions, explique-t-elle.

La Dre Michèle Michaud propose aussi de garder des contacts étroits avec les étudiants en médecine, afin de faciliter le recrutement après leurs études. Et il faut leur donner l’occasion de faire leurs armes et de se développer au Nouveau-Brunswick pendant leur parcours universitaire.

Elle en sait quelque chose. Originaire d’Edmundston, elle est allée au Québec afin d’étudier la médecine. Si elle est revenue dans sa région après ses études c’est entre autres parce qu’elle y avait effectué des stages d’observation au cours des étés précédents.

On m'a permis de faire plusieurs stages dans la région pour avancer dans mes études. Ça m'a permis d'être exposée au milieu, à savoir à quoi m'attendre et à avoir le goût de retourner d'où je viens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !