•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

L’épopée tragique de Patricia Hearst

Patricia Hearst tenant une arme.

Le téléjournal, 4 novembre 1975

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 20 mars 1976, Patricia Hearst est reconnue coupable de vol à main armée. Ce vol de banque n’a rien d’ordinaire. Patricia Hearst est la petite-fille et la riche héritière du magnat de la presse américaine William Randolph Hearst. En 1974, au moment du crime, elle était une sympathisante du groupe terroriste d’extrême gauche qui l'avait kidnappée deux mois plus tôt. Retour sur l’affaire Patty Hearst.

L’histoire commence à San Francisco le 4 février 1974. L'Armée de libération symbionaise, un groupuscule terroriste d’extrême gauche, enlève Patty Hearst dans son appartement de Berkeley. La jeune femme n’a que 19 ans.

Les geôliers révolutionnaires sont violents et souhaitent que la famille Hearst, propriétaire de nombreux médias aux États-Unis, donne vivres et argent aux plus démunis de la baie de San Francisco.

La distribution se fait dans le chaos et l’Armée de libération symbionaise refuse après coup de libérer la fille des Hearst, malgré les deux millions de dollars remis par le père de la victime.

Le 4 novembre 1975, le journaliste Gérard-Marie Boivin est à San Francisco, où Patricia Hearst attend de savoir si elle est apte à subir son procès.

C’est que, deux mois après son enlèvement, Patty se réclamera de l’appartenance à la cause de ses ravisseurs. Elle participera en tant que Tania au vol de banque du 15 avril 1974. Elle sera arrêtée le 18 septembre 1975 avec trois autres membres du groupe.

Où est la vérité? Contraintes psychologiques, drogues, lavage de cerveau, c’est ce que la justice aura à examiner. […] Est-ce qu’une jeune fille de bonne famille, héritière d’un empire évalué à 200 millions dès le milieu du siècle, peut trouver sa voie dans le terrorisme?

Une citation de :Gérard-Marie Boivin

Dans une entrevue qu’il donne à Magda Palacci à Actualités 24 le 27 février 1974, le journaliste David Schoenbrun revient sur l’enlèvement et les motivations du groupe terroriste, qu’il qualifie de fanatique.

Actualités 24, 27 février 1974

Il parle d’abord de l’empire Hearst, symbole de la bourgeoisie capitaliste américaine. William Randolph Hearst avait inspiré à Orson Welles son célèbre Citizen Kane.

L’Armée de libération symbionaise est composée d’une vingtaine de membres, des hommes et des femmes.

Le 28 mai 1995, l’animateur Robert Guy Scully rencontre Patricia Hearst, devenue mère de deux enfants et habitant la côte est américaine.

Scully rencontre, 28 mai 1995

Il est question de sa grande capacité de résilience face aux tragiques événements.

Patricia Hearst est-elle la première victime du syndrome de Stockholm?

C’était la première fois que ça arrivait à un civil. Et le fait d’adopter leur point de vue ne sortait pas de l’ordinaire. Ils me tenaient sous leur contrôle. J'aurais pu physiquement ouvrir la porte et m’en aller, mais mentalement, j’en étais complètement incapable.

Une citation de :Patricia Hearst

Elle affirme n’avoir commencé à avoir des pensées indépendantes que lorsqu’elle a été incarcérée.

C’est là que j’ai compris que je n’avais plus besoin d’avoir peur. C’était comme se réveiller d’un cauchemar.

Une citation de :Patricia Hearst

La victime a affirmé lors de son procès avoir été enfermée dans un placard sans lumière pendant 57 jours consécutifs où ses ravisseurs l’ont violée. Elle a subi des sévices mentaux et physiques.

Elle sera tout de même condamnée à sept ans de prison pour les actes criminels qu’elle a commis en collaboration avec l’Armée de libération symbionaise.

Le président Jimmy Carter réduira sa peine à deux ans. Elle sera graciée par le président Bill Clinton le 20 janvier
2001.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.