•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 5000 employés toujours recherchés pour la vaccination au Québec

Des travailleurs de la santé vaccinent au Palais des congrès de Montréal.

Les CISSS et les CIUSSS du Québec n'ont embauché que 60 % des effectifs nécessaires pour vacciner tous les Québécois qui le désirent d'ici le 24 juin.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Laurianne Croteau

Plus de 12 000 personnes ont jusqu’ici été engagées pour contribuer à la plus grande campagne de vaccination jamais mise en branle au Québec. La province devra administrer plus de 51 000 doses par jour si elle souhaite vacciner tous les Québécois qui le désirent d’ici le 24 juin, comme l’a annoncé le premier ministre François Legault.

Mais la santé publique est toujours à la recherche de plus de 5000 employés pour atteindre cet objectif, selon les données de 20 des 22 CISSS et CIUSSS de la province compilées par Radio-Canada.

Nous avons besoin de votre aide, a lancé la directrice de la campagne de vaccination en Outaouais, Nency Héroux, lors d’un point de presse mercredi. Le CISSS de la région estime qu’il lui faudra engager deux à trois fois plus de personnel pour suivre le rythme dans les mois à venir.

Nos besoins actuels sont comblés. Ceci dit, considérant la cadence qui va s’accélérer, en fonction des nouvelles doses à recevoir, notre besoin en main-d'œuvre est beaucoup plus grand.

Une citation de :Nency Héroux, directrice de la campagne de vaccination en Outaouais

La Capitale-Nationale, la Montérégie et Lanaudière n’ont pour leur part atteint environ que la moitié de leur objectif de recrutement en date du 13 mars.

On avait déjà pris de l’avance, donc on va être capables de faire face à l’ajout de nouvelles doses, mais on sait que ça va s’accentuer encore plus et on ne peut pas se permettre de manquer de personnel, admet Marleen Cameron, responsable du recrutement au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

À Montréal, la campagne de vaccination bat son plein. Le gouvernement du Québec a choisi de prioriser la métropole pour l’administration des vaccins en raison de la hausse fulgurante du nombre de cas liés aux variants.

Même si la quantité d’employés embauchés répond pour l’instant à la demande, la région estime à moyen terme avoir un manque à combler d’au moins 984 personnes. Ces données excluent les besoins additionnels du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal, qui refuse pour l'instant de se prononcer sur le nombre d’employés qu’il lui reste à embaucher. Ce dernier dispose cependant déjà de 920 employés pour la campagne.

Selon la directrice régionale de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, le nombre de personnes à vacciner pourrait atteindre 15 000 par jour dans la métropole à compter du 22 mars.

D’autres régions ont déjà rassemblé le personnel nécessaire pour s’assurer d’administrer toutes les doses reçues lorsque le volume augmentera. C’est le cas du Bas-Saint-Laurent (549 employés), de l’Estrie (409 employés) et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (291 employés).

Certains agents des communications des CISSS et des CIUSSS de ces régions ont toutefois admis ne pas être convaincus que la quantité d’employés embauchés jusqu’à présent suffira à terme, par exemple si une grande partie du personnel prend des vacances ou si les livraisons hebdomadaires devaient dépasser les attentes.

Parmi les obstacles au recrutement, il y a cette perception que la machine est déjà bien huilée, fait valoir Marleen Cameron du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Quand le ministre [de la santé, Christian Dubé] a dit qu’on avait une belle auto neuve sans essence, le message à la population c’était : "on est prêts, on a tout notre monde", souligne-t-elle. Donc on recevait moins de candidatures.

Elle précise cependant que depuis l’annonce de l’approbation de vaccins additionnels et d’ajout de doses, le nombre de personnes qui posent leur candidature a grimpé.

Une personne se tient de dos devant une pancarte indiquant une clinique de vaccination.

Une personne se tient de dos devant une pancarte indiquant une clinique de vaccination.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Des besoins variés

Les CISSS et les CIUSSS ne visent pas à recruter uniquement du personnel de la santé pour leurs campagnes. Alors que certaines régions estiment avoir exclusivement besoin de vaccinateurs et d’injecteurs (professionnels de la santé), d’autres cherchent des adjoints administratifs, des étudiants ou des retraités qui pourront aider à la désinfection et à la prise de rendez-vous téléphoniques.

La majorité des établissements contactés acceptent des candidats aux expériences très variées et encouragent la population à s'inscrire sur la plateforme Je Contribue. On ne refuse personne, affirme Catherine Dion, conseillère en communications du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Si vous avez un secondaire 3 complété, vous pouvez vous inscrire, a pour sa part rappelé Nency Héroux du CISSS de l’Outaouais. On a aussi besoin de professionnels plus spécifiques pour être vaccinateurs, injecteurs ou préparateurs de seringue.

À Québec, le défi de recrutement est plus important pour le personnel spécialisé. On reçoit beaucoup de candidatures, mais c’est certain qu’on aimerait en avoir encore plus, admet Marleen Cameron. On reçoit majoritairement des infirmières, des médecins et des dentistes, mais il y a plusieurs autres types d’emploi qu’on reçoit moins de candidatures. On ne voit pas beaucoup d'acupuncteurs, on ne voit pas d’audiologistes, des vétérinaires aussi.

La région de Chaudière-Appalaches a quant à elle engagé encore plus de personnel habilité à administrer le vaccin que nécessaire, mais cherche toujours une trentaine d’adjoints administratifs pour faire de l’entrée de données.

De l’autre côté du spectre, à Laval, presque tous les candidats recherchés sont des diplômés en sciences de la santé autorisés à injecter le vaccin, comme des infirmières, mais aussi des ophtalmologistes, des dentistes et des physiothérapeutes.

Les informations du Nord-du-Québec, des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik n'ont pas été incluses, puisque les campagnes de vaccination y sont déjà bien entamées et ne sont pas orchestrées par des CISSS et des CIUSSS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !