•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fainéants? Pourquoi les éléphants de mer dodus prennent-ils moins de risques?

Gros plan sur la tête d'un éléphant de mer.

Un éléphant de mer.

Photo : iStock

Agence France-Presse

Les gros éléphants de mer préfèrent se cacher de leurs prédateurs lors de leurs longues expéditions loin des terres à la recherche de nourriture, tandis que leurs congénères plus minces doivent prendre plus de risques pour devenir aussi dodus, a montré une étude mercredi.

Ces résultats, publiés dans la revue Science Advances (Nouvelle fenêtre) (en anglais), sont les premiers à mesurer les changements de comportement d'animaux sauvages sur la durée, en fonction de leur masse graisseuse, vérifiant la théorie selon laquelle ils prennent des décisions en comparant les risques et les bénéfices.

L'autrice principale de l'étude, Roxanne Beltran, professeure d'écologie et de biologie de l'évolution à l'Université de Santa Cruz, en Californie, a confié à l'AFP avoir longtemps été fascinée par cette espèce, dont les individus se rassemblent sur les plages californiennes en hiver pour procréer, s'occuper de leurs nouveau-nés et muer, avant d'embarquer pour leur périple estival dans le nord de l'océan Pacifique.

Il nous est difficile d'imaginer ce que ces animaux endurent au cours de leur migration de sept mois et de 10 000 kilomètres, car c'est si fondamentalement différent de la manière dont nous vivons, explique la biologiste.

En dépit des apparences, ces mammifères marins de la famille des phoques, replets et placides, sont de formidables athlètes.

Au cours de leur voyage, ils plongent à 700 mètres de profondeur à la recherche de poissons et de calamars, pendant 23 minutes en moyenne, avant de reprendre leur souffle lors d'un bref répit de deux minutes à la surface. Si nécessaire, ils peuvent retenir leur respiration jusqu'à deux heures.

Pour mieux comprendre les mécanismes décisionnels des Mirounga angustirostris, les chercheurs ont équipé 71 femelles de puces GPS et de capteurs mesurant la profondeur en fonction du temps, avant de les suivre entre 2004 et 2012.

L'un des objectifs de l'étude était de comprendre comment les éléphants de mer répondent à un dilemme fondamental : doivent-ils profiter de l'obscurité de la nuit pour se nourrir alors que leurs proies se trouvent à proximité de la surface, donc plus accessibles? Ou au contraire, mettre à profit ces quelques heures pour se reposer, à l'abri de leurs propres prédateurs, requins et orques?

Grâce à ces données, les chercheurs ont déterminé que les phoques plongent sous le niveau de la surface pour plusieurs raisons : expéditions de chasse en profondeur, simples déplacements ou immersions de repos, au cours desquels les mammifères marins se laissent dériver et semblent dormir.

Ces phases de repos ont permis aux chercheurs de calculer la masse graisseuse des éléphants de mer, grâce à leur flottabilité dans l'eau.

Cela nous permet de suivre leur poids presque en continu, ce qui n'a jamais été fait pour d'autres animaux, souligne Roxanne Beltran.

Amaigris par l'hiver, les phoques s'enfoncent dans l'eau au début de leur migration. Mais ils prennent du poids au cours de leur périple, jusqu'à être capables de flotter lorsque leur masse graisseuse atteint 30 %.

Autre découverte des chercheurs : plus les animaux prennent du poids, plus ils sont susceptibles de se reposer la nuit, plutôt que de se risquer à chasser dans les abondantes eaux nocturnes. L'étude prouve donc une théorie déjà ancienne selon laquelle l'état dans lequel se trouvent les animaux influence leur prise de risque.

L'équipe de Roxanne Beltran suppose aussi que les éléphants de mer savent à quel point ils flottent ou, autrement dit, à quel point ils sont gros. Les individus les plus gras se reposent en effet plus loin de la surface que leurs congénères plus minces, un comportement qui suggère qu'ils savent qu'ils flottent mieux et dériveront ainsi vers la surface mieux éclairée et ses dangers.

Alors que l'industrie de la pêche se tourne désormais vers la zone aphotique de l'océan, entre 200 et 1000 mètres de profondeur, l'Homme pourrait consommer de plus en plus les mêmes poissons que l'éléphant de mer.

Les résultats de cette étude, en plus d'étendre notre connaissance de cet écosystème encore mystérieux, jettent ainsi une lumière nouvelle sur les efforts de conservation à mettre en œuvre pour protéger les éléphants de mer, conclut Roxanne Beltran.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !