•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun des élus municipaux pour des allègements au Bas-Saint-Laurent

Une personne marche dans la rue en hiver, avec un masque au visage.

Les élus sont mécontents des décisions de la santé publique, qui ont un grand impact sur la population, affirment-ils (archives).

Photo : Radio-Canada

Deux jours après l'annonce du maintien de la région en zone orange, la nouvelle continue de faire réagir au Bas-Saint-Laurent. Insatisfaits des explications de la santé publique, les élus municipaux font maintenant front commun pour réclamer un allègement des mesures sanitaires.

On n'est pas de bonne humeur, affirme le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent (TREM-BSL), Michel Lagacé.

Même si le directeur de la santé publique, Sylvain Leduc, a expliqué mercredi que la région restait en orange notamment en raison de la présence de variants et du faible taux de vaccination, les élus considèrent que la situation épidémiologique est favorable et que des assouplissements sont nécessaires.

Depuis le début du mois, il n'y a aucune hospitalisation en cours au Bas-Saint-Laurent, et la région enregistre en moyenne quatre nouveaux cas par jour.

Actuellement, on est dans l'incompréhension quasi totale, même s'il y a des informations qui ont été livrées par le directeur de la santé publique régionale, dit Michel Lagacé. Il affirme que les huit préfets et 16 maires membres de la TREM-BSL sont unanimes : la santé publique doit jeter du leste.

On veut qu'il y ait des situations qui changent dans les meilleurs délais, on veut qu'il y ait des allègements qui prennent place.

Une citation de :Michel Lagacé, président de la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent

On comprend qu'il y a des variants. Les variants sont apparus il y a une dizaine de jours. Quand la situation va être sous contrôle, c'est-à-dire en début de semaine prochaine, s'il n'y a pas davantage de cas actifs, il faudrait rapidement que la santé publique passe de l'observation à la suggestion, argue-t-il.

Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé

Le président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé (archives)

Photo : Radio-Canada

Comme c'est le cas chaque lundi depuis le début de la pandémie, une rencontre aura lieu la semaine prochaine entre les élus et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

Certainement que M. Leduc va être interpellé pour qu'il puisse être plus en phase avec nos attentes. Pour l'instant, je dirais qu'il y a un fossé qui s'est creusé et ce n'est pas à la faveur de tous, estime M. Lagacé.

Une décision sage et nécessaire, selon la pdg du CISSS

Malgré la grogne des élus, la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent soutient, à l'instar du directeur de la santé publique, qu'il est nécessaire que la région demeure en zone orange en raison des cas de variants et des éclosions qui ont été répertoriés depuis le début du mois de mars, notamment dans le KRTB.

On comprend que la population est vraiment au bout de son rouleau, on le partage, on le vit nous-mêmes [...]. Il aurait été un peu téméraire d'ouvrir trop vite, d'annoncer un déconfinement au niveau jaune la semaine prochaine.

Une citation de :Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent
Isabelle Malo au centre de vaccination.

La présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, au centre de vaccination de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Selon Mme Malo, le dialogue se poursuit avec les élus.

Elle estime que cela pourrait être une question de semaines avant que des assouplissements puissent être consentis dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !