•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une offre d’embauche qui fait polémique à l'Hôpital de Saint-Eustache

Vue extérieure de l'Hôpital de Saint-Eustache

L'Hôpital de Saint-Eustache, qui fait partie du CISSS des Laurentides.

Photo : Radio-Canada / Google

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a tenté de recruter des préposées aux bénéficiaires en spécifiant qu'il devait s'agir de « femmes à la peau blanche ». La direction de l'établissement reconnaît que cette demande est inacceptable et a indiqué qu'une enquête interne est en cours.

L'automne dernier, l'Hôpital de Saint-Eustache recherchait des préposées pour s'occuper spécifiquement d'un patient.

Dans des échanges de courriels avec une agence de placement obtenus par La Presse, le CISSS des Laurentides spécifie à plusieurs reprises que la préposée doit être une femme et qu'elle doit avoir la peau blanche.

La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, souligne que cette demande du CISSS a été formulée dans un contexte particulier, en soulignant que ça n'a aucun bon sens.

C'est une situation très difficile pour ce qu'on en sait. Parce que, là, il y a un patient qui a des troubles cognitifs. Et qui réclame de se faire soigner toujours par le même profil de personne. J'ai quand même beaucoup d'empathie pour les soignants et les gens qui vivent avec ça, a indiqué la vice-première ministre.

Le patient en question aurait des problèmes de santé mentale. Il pourrait devenir agressif et même violent à l'endroit de préposées qui ont la peau noire.

Si le monsieur avait des problèmes cognitifs, qu'il se désorganisait au point d'être violent avec une personne de couleur, on ne veut pas mettre un employé dans cette situation-là.

Une citation de :Rosemonde Landry, PDG CISSS des Laurentides

La PDG du CISSS dit toutefois avoir été renversée en apprenant que son équipe avait tenté de recruter des préposés en exigeant qu'elles aient la peau blanche.

C'est complètement inacceptable d'avoir mis un critère comme ça, a-t-elle déclaré. Le CISSS a déclenché une enquête interne sur l'affaire et il pourrait y avoir des sanctions.

Ça peut être des mesures disciplinaires allant au congédiement. On regarde aussi nos processus internes pour voir où il aurait pu avoir des lacunes, a indiqué Mme Landry.

Le ministre responsable de la Lutte contre le racisme, Benoit Charette, qui est également député de la circonscription de Deux-Montagnes, où est situé l'Hôpital de Saint-Eustache, dit attendre les résultats de l'enquête.

M. Charette a qualifié la situation de troublante.

Mais avant de conclure à un geste raciste, il faut attendre les résultats de l'enquête. Soyez assurés que je vais m'y attarder, a-t-il déclaré lors de la période de questions à l’Assemblée nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !