•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 3500 doses du vaccin AstraZeneca administrées à Regina depuis lundi

Panneau de signalisation indiquant le chemin à suivre pour aller se faire vacciner tout en restant au volant.

Le centre de vaccination a ouvert ses portes lundi à Regina et sera ouvert tous les jours de 8h à 23h30.

Photo : CBC/Mickey Djuric

Malgré les doutes que suscite le vaccin AstraZeneca-Oxford dans certains pays comme la France et l’Allemagne, près de 3500 doses du vaccin ont été administrées dans le centre de vaccination au volant à Regina depuis lundi.

L’Organisation mondiale de la santé a d’ailleurs réitéré mercredi sa confiance dans le vaccin.

Dans une déclaration, l’OMS considère que les avantages du vaccin d’AstraZeneca l’emportent sur ses risques, et recommande que la vaccination continue.

Les Saskatchewanais sexagénaires n’ont pas attendu la déclaration de l’OMS pour s’empresser de se faire vacciner à Regina depuis lundi, puisqu’ils sont nombreux chaque matin à arriver très tôt, avant l’ouverture de la clinique à 8 h 30.

Debbie, 61 ans, qui suit actuellement un traitement immunosuppresseur, et est donc à risque fait partie des personnes à s'être présentées.

« Plus vite je me fais vacciner, mieux c’est. Concernant les craintes, j’en ai parlé avec mon médecin de famille qui m’a assuré que le vaccin est sécuritaire alors je suis là. »

— Une citation de  Debbie, 61 ans

Suy et Brian sont arrivés vers 7 h et ont dû attendre trois heures et demie avant de pouvoir passer les portes de l’édifice et recevoir leur première dose du vaccin AstraZeneca-Oxford.

Pour eux, se faire vacciner n’est pas une question de motivation, mais plutôt un devoir. Suy, dont la sœur est chercheuse pour un institut de recherche en Angleterre lui a d’ailleurs conseillé d’accepter ce vaccin qu’elle a elle-même déjà reçu. 

Les Saskatchewanais, exception à l’inquiétude?

Selon une ancienne professeure de sociologie à l’Université de Regina, Alison Hayford, même si le vaccin AstraZeneca-Oxford peut susciter des doutes ou des craintes, la peur du virus est plus forte.

Les personnes âgées attendaient le vaccin depuis tellement longtemps, indique l’ancienne professeure, maintenant qu’il est disponible et qu’ils peuvent se faire vacciner, ils saisissent leur opportunité.

Le variant britannique a aussi pu jouer un rôle selon Madame Hayford, alors que celui-ci est très présent à Regina. Mardi, plus de 90 % des cas issus de variants de la COVID-19 en Saskatchewan se trouvaient à Regina.

« Pour les gens qui sont sensibles aux dangers du coronavirus et de ses variants, le vaccin est la clé qui ouvre la porte vers la normalité, et on rêve tous d’un peu plus de normalité. »

— Une citation de  Alison Hayford, ancienne professeure de sociologie à l’Université de Regina

En raison du succès massif de la clinique au volant à Regina, les autorités sanitaires ont revu leur protocole pour accueillir les Saskatchewanais de 60 à 64 ans, pour l’instant les seuls autorisés à se rendre à la clinique au volant.

L’accès se fait désormais uniquement par l’entrée nord sur Lewvan Drive.

Le centre reste ouvert chaque jour de 8 h 30 à 23 h 30. Il n’y a pas besoin de prendre rendez-vous et la vaccination se fait sur la règle du premier arrivé, premier servi.

Avec les informations de Charles Le Bourgeois et de Émeline Riffenach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !