•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hausses salariales dans le secteur des soins jugées insuffisantes

Ernie Steeves.

Ernie Steeves, le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, a présenté son budget mardi à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

L’annonce de hausses salariales dans le secteur des soins est bien accueillie au Nouveau-Brunswick, mais les syndicalistes et les employeurs s'entendent pour demander à Blaine Higgs d’aller beaucoup plus loin.

Le budget provincial 2021-2022 – déposé mardi à Fredericton – prévoit 12,4 millions $ afin d’augmenter le salaire du personnel des services de soutien à domicile, des préposés aux services de soutien aux familles ainsi qu’aux travailleurs des résidences communautaires et des foyers de soins spéciaux.

La répartition des fonds par secteur n’a pas été annoncée. On ne sait donc pas encore quel sera l’impact sur le salaire horaire des travailleurs. La nouvelle est tout de même bien accueillie.

Kevin Vienneau en entrevue par vidéoconférence.

Kevin Vienneau, le président de l’Association francophone des établissements de soins spéciaux du Nouveau-Brunswick (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

Kevin Vienneau, le président de l’Association francophone des établissements de soins spéciaux du Nouveau-Brunswick, voit d’un bon œil l’injection de fonds supplémentaires.

On est très heureux pour les employés. C’est certain que la rétention du personnel est très difficile, les embauches aussi. Donc ça va aider le secteur, dit-il.

Dans les foyers de soins spéciaux, les employés gagnent environ de 13 à 16 $ l’heure. Le Nouveau-Brunswick compte environ 400 établissements de ce genre, qui emploient 5000 personnes.

Le personnel des foyers de soins spéciaux ne seront pas les seuls à bénéficier de hausses. L'investissement de 12,4 millions $ annoncé mardi va être partagé entre plusieurs milliers d’employés répartis dans d’autres milieux.

Kevin Vienneau pense donc que le gouvernement provincial devrait délier davantage les cordons de sa bourse.

Selon nous, ce n’est pas assez. Vu que c’est partagé avec différents secteurs, ça ne donne pas une immense augmentation. Mais c'est certain que c'est mieux que rien. Ça va certainement aider. Mais on aurait aimé avoir plus pour les employés, c'est certain.

Blaine Higgs invité à en faire beaucoup plus

Andrew Woodcock en entrevue par vidéoconférence.

Andrew Woodcock, du Syndicat canadien de la fonction publique (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

Le son de cloche est le même dans le milieu syndical. Le conseiller Andrew Woodcock, du Syndicat canadien de la fonction publique, travaille avec de nombreux employés visés par la hausse annoncée mardi.

Il croit lui aussi que le gouvernement de Blaine Higgs doit investir beaucoup plus pour que le travail des personnes touchées – entre autres celles qui œuvrent dans les foyers de soins spéciaux – soit rémunéré à sa juste valeur.

On est fiers que le gouvernement a fourni d'autre argent pour ces membres-là. Mais en général, il faut beaucoup plus de gains pour que les gens soient vraiment valorisés pour leur travail, dit-il.

Il note d’ailleurs que les emplois visés par l’annonce de mardi sont à forte prédominance féminine et que l’équité salariale est encore loin d’être atteinte avec les emplois à prédominance masculine de valeur comparable.

Andrew Woodcock appuie ce commentaire sur des données de la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick.

« En attendant, c’est un peu comme si on doit de l’argent à ces travailleuses »

Johanne Perron en entrevue par vidéoconférence.

Johanne Perron, directrice générale de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

La directrice générale de la Coalition pour l’équité salariale, Johanne Perron, explique que le secteur des soins communautaires est en effet bien loin d’avoir atteint l’équité.

On a fait récemment une évaluation d’emplois. On a déterminé que dans ce secteur-là, l’équité salariale serait de 22 à 25 $ l’heure. Présentement, les salaires sont plutôt de 14 à 16,80 $ l’heure. Il y a donc un gros rattrapage à faire.

Elle souhaite donc que le gouvernement de Blaine Higgs investisse beaucoup plus que 12,4 millions $ pour augmenter le salaire de ces milliers de travailleuses et enfin atteindre l'équité.

En attendant, c’est un peu comme si on doit de l’argent à ces travailleuses-là, affirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !