•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination contre la COVID-19 : l'Outaouais en dessous de la moyenne provinciale

Une personne assise en face d'une autre à une table d'évaluation.

On prévoit de vacciner plus de 2000 personnes au Palais des Congrès de Gatineau, à partir du 22 mars.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Radio-Canada

Alors que la vaccination de masse a débuté depuis presque une semaine en Outaouais, le pourcentage de personnes vaccinées dans la région reste en dessous de la moyenne provinciale. La cadence de vaccination, qui risque de s'accélérer dans les prochaines semaines, pousse les autorités de santé régionales à lancer un appel à tous pour prêter main-forte.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a fait le point, mercredi, lors d’une conférence de presse sur la campagne de vaccination de masse qui bat son plein depuis une semaine.

Ainsi, 8000 doses de vaccins ont été administrées dans les cliniques de vaccination de la région. Au total, 52 % des personnes âgées de plus de 80 ans ont reçu une première dose du vaccin contre la COVID-19, ce taux était de 31 % avant le début de la campagne de vaccination de masse.

En ce qui concerne les personnes âgées entre 70 et 79 ans, la couverture vaccinale est passée de 6,6 % à plus de 18 % actuellement.

La vaccination à domicile a aussi été déployée cette semaine et jusqu'à présent, 500 doses de vaccins ont été administrées.

Dans une précédente version de cet article, nos calculs indiquaient que seulement 5,12 % de la population de l'Outaouais a reçu le vaccin jusqu'ici. Dans une réponse transmise jeudi, le CISSS de l'Outaouais parle plutôt de 5,29 %.

Toutefois, malgré ces avancées, la région semble accuser un retard par rapport à la province. Seulement 5,29 % de la population de l’Outaouais, soit 20 540 personnes, a été vaccinée jusqu'à présent, tandis qu’à l’échelle provinciale, c’est plus de 9,5 %.

Une femme en point de presse via visioconférence.

Nency Héroux, directrice de la campagne de vaccination en Outaouais

Photo : Radio-Canada

La raison de ce retard viendrait du manque de vaccins que nous n’avons pas reçus, selon Nency Héroux, directrice de la vaccination en Outaouais.

Alors que le CISSS de l'Outaouais révélait au début du mois que seulement 40 % des travailleurs de la santé de la région avaient accepté de se faire vacciner, ce qui avait poussé le gouvernement et les syndicats à inviter le personnel de la santé à le faire dans la foulée de l’éclosion au centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond, la vaccination chez ces travailleurs semble aller de l’avant.

Mme Héroux a indiqué que 725 travailleurs de la santé ont pris rendez-vous pour se faire vacciner, dont 500 sont des employés du CISSS de l’Outaouais.

Appel à tous pour la campagne de vaccination

Lors du point de presse, les autorités de santé de la région ont lancé un appel à tous pour participer à la campagne de vaccination qui risque de s’accélérer au cours des prochains jours.

Plus de 3000 doses de vaccins contre le virus de la COVID-19 seront administrées quotidiennement dans les cliniques de la région à partir du 22 mars.

Pour faire face à cette hausse de la cadence, le CISSS de l’Outaouais souhaiterait recruter plus de 300 personnes à temps plein.

« Considérant la cadence qui va s'accélérer et que l’on souhaite voir s'accélérer, en fonction de nouvelles doses à recevoir, notre besoin de main-d'œuvre est beaucoup plus grand. »

— Une citation de  Nency Héroux, directrice de la vaccination de l'Outaouais

Les autorités de santé régionales veulent recruter pour ainsi combler des besoins, entre autres, en matière de ressources humaines. Les personnes ayant complété un secondaire 3 pourront dès aujourd’hui appliquer sur le site Je contribue.

Des vaccinateurs, des injecteurs et des préparateurs de seringues sont aussi recherchés. Ça prend des titres d’emploi spécifiques comme des inhalothérapeutes, ergothérapeutes, physiothérapeutes, dentistes, opticiens d'ordonnance du secteur public ou privé et des étudiants de 3e et 4e année de ces programmes-là, a indiqué Mme Héroux.

Retard des résultats de test

Le CISSS de l’Outaouais a aussi fait le point sur le dépistage dans la région.

Le bris d’équipement au laboratoire de dépistage de la COVID-19 de Gatineau n'était toujours pas réparé, mercredi. Pour faire face à ce contrecoup, les autorités de santé ont décidé d’envoyer les tests à l’extérieur.

On a dû envoyer des spécimens pour l'analyse qui se ferait à l’externe, ce qui cause un délai supplémentaire de 24 heures, a expliqué Ann Rondeau, directrice des services multidisciplinaires et à la communauté.

En ce qui concerne l’éclosion au sein de ce laboratoire, celle-ci n’aurait aucun impact sur les retards observés actuellement, selon Mme Rondeau.

Pour obtenir un résultat de test, il faut attendre présentement 72 heures, en Outaouais.

L’augmentation de tests de dépistage depuis le début de la semaine de relâche met aussi de la pression sur la capacité d'analyse des laboratoires de la région, selon le CISSS de l'Outaouais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !