•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vin nature fabriqué au Lac-Saint-Jean

Le désir d'expérimentation d'un des copropriétaires du restaurant almatois Ananas mon amour et le savoir-faire du Vignoble Couchepagane de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix ont permis de mettre en bouteille un vin unique.

Des coupes et une bouteille de vin sont déposées dans la neige

Un premier vin nature a été créé, au cours des derniers mois, au Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Yves Bergeron

Les amateurs de vin nature pourront, dès juin, mettre la main sur l'une des 450 bouteilles issues de la première cuvée du Vignoble Couchepagane. La création vinicole jeannoise sera d'abord disponible au restaurant Ananas mon amour d'Alma, qui offre déjà plusieurs bonnes bouteilles de ce type.

Le copropriétaire du restaurant situé au centre-ville d'Alma, Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay, s'est retrouvé sans projet lorsque le Québec a été mis sur pause en mars 2020. Le restaurateur, qui a l’habitude de dénicher et de conseiller des vins pour sa clientèle, a profité de cet arrêt forcé pour s'initier davantage à l'univers du vin.

C’est au Vignoble Couchepagane de Métabetchouan-Lac-à-la-croix qu’il a consacré plusieurs semaines à cette quête d'apprentissage. L’idée de créer un vin nature est née entre les rangées des milliers de vignes.

C'est beau en vendre, en parler, mais c'était super formateur d'aller mettre la main là-dedans, laisse-t-il tomber.

Il résume simplement la tendance du vin nature. Ce n'est pas nécessairement quelque chose de différent. C'est juste une façon de faire et une philosophie dans le vin qui est quand même intéressante, qui est le fun à découvrir. J'essaie aussi de le faire découvrir aux gens de cette façon-là. Plus on en fait goûter, plus les gens le découvrent, plus les gens reviennent et en redemandent , témoigne le restaurateur qui se réjouit de pouvoir offrir un vin nature régional à sa clientèle.

Un homme pose au comptoir d'un restaurant

Le copropriétaire du restaurant Ananas mon amour, Olivier-Hugo Duschesne, en a appris davantage sur la production de vin nature.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Pour parvenir à créer un vin nature 100 % jeannois, Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay a d'abord dû faire découvrir cet univers aux frères Tremblay du Vignoble Couchepagane, qui compte plus de 5000 vignes. Petit à petit, le restaurateur a initié le vigneron Bertrand Tremblay à ce type de vin.

Un moment donné, j'ai tenté la question à savoir s'ils étaient intéressés à ce que je fasse des tests, mais une cuvée de vin avec des techniques plus naturelles, un peu de fermentation spontanée avec le raisin, voir ce que ça pourrait donner. Ils ont été super gentils d'accepter. C'est là que ça a commencé , raconte-t-il accoudé au comptoir de son restaurant à la décoration éclectique qui a rouvert ses portes jeudi dernier.

Des coupes et une bouteille de vin sont déposées dans la neige

Un premier vin nature a été créé, au cours des derniers mois, au Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Yves Bergeron

Bertrand Tremblay s’est finalement laissé tenté par l’aventure du vin nature. Un peu plus de 500 kilos de raisins issus de trois cépages ont été sélectionnés afin de réaliser ce vin qu’il qualifie de plus réel.

C'est un vin qui est fait d'abord 100 % raisins. C'est un vin dans lequel on n'intervient pas du tout. On ne fait aucun ajout et aucun retrait. C'est un vin qui est fait avec des raisins qui sont écrasés. On fait la vinification avec les levures qui sont au niveau du raisin. Finalement, c'est un vin assez spécifique du terroir , résume-t-il.

Un homme pose dans un vignoble.

Bertrand Tremblay présente le résultat du premier vin nature développé par le Vignoble Couchepagane.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Première cuvée satisfaisante

C’est par une journée froide de mars que le vigneron, Bertrand Tremblay, et le restaurateur, Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay, ont goûté le résultat du fruit de leur travail des derniers mois.

Il est sec, sec. Pas de sucre résiduel. Rafraîchissant , résume M. Tremblay.

Un petit côté de petits fruits, l'acidité de la canneberge, ajoute Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay.

Le résultat de cette première cuvée qui n'a pas encore de nom est satisfaisant pour le restaurateur.

C'était la première fois. J'aime dire que c'était une cuvée qui se défend bien et qui était très formatrice. C'est surtout ça l'important. C'est de voir le potentiel qu'on peut avoir

Une citation de :Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay
Deux hommes marchent dans le Vignoble Couchepagane.

Le vigneron, Bertrand Tremblay, et le restaurateur, Olivier-Hugo Duchesne, ont collaboré à la fabrication d'un vin nature.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Une expérience à répéter

Maintenant que plus de 450 bouteilles ont été remplies, Bertrand Tremblay avoue qu'il n'aurait jamais tenté l'expérience sans la proposition d'Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay. Le vigneron n'exclut pas la possibilité de fabriquer, dans un avenir rapproché, une autre cuvée du genre.

Ça nous fait découvrir ce qui est en demande. On a beau faire des vins bin spécifiques, il faut essayer de rester un peu plus sur la nature, ce que les gens demandent. Il y a certains cépages qui vont probablement répondre mieux que d'autres. On va regarder un peu ça dans le futur avec les analyses qu'on fait avec la récolte pour voir ceux qui sont agréables à faire en vin nature , dit-il.

Il pourra compter sur la participation de son collaborateur qui aimerait répéter l'expérience annuellement.

Il y a encore beaucoup de choses à apprendre et beaucoup de techniques se développent. Ça ira juste en s'améliorant. C'est encore plus intéressant et motivant de faire ce genre de cuvée pour voir jusqu'où on peut aller, conclut Olivier-Hugo Duchesne-Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !