•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exclue de Projet Montréal, Julie-Pascale Provost brigue la mairie de Lachine

Photo de campagne de Julie-Pascale Provost.

Julie-Pascale Provost pose sa candidature comme mairesse de Lachine en vue des élections municipales de novembre 2021.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Moins de six mois après avoir été exclue sans cérémonie du caucus de Projet Montréal, Julie-Pascale Provost aspire désormais à diriger l'arrondissement de Lachine.

Un texte de Jean-François Thériault

Mme Provost a annoncé mercredi sa candidature à la mairie d'arrondissement.

En entrevue téléphonique, celle qui siège aujourd'hui comme conseillère indépendante à Lachine dit vouloir faire de la transparence le thème central de sa campagne. J'entretiens ce désir d'ouverture envers les citoyens, pour qu'ils puissent mieux comprendre les enjeux liés à l'arrondissement, avance-t-elle.

Elle souhaite offrir aux résidents un accès plus direct aux informations qui concernent la gestion de Lachine. À cet égard, elle dénonce l'obscurantisme de l'administration actuelle.

Il faut que le citoyen ait accès au maximum de dossiers municipaux et, surtout, il faut que les élus soient capables de les vulgariser, dit-elle. Il faut changer la culture et les façons de faire pour les ouvrir aux citoyens.

Concrètement, elle propose d'appliquer une recommandation du rapport de la commission Charbonneau qui vise l'ouverture des séances plénières, aussi appelées les rencontres de directeurs. Ces réunions, qui se font à huis clos, permettent à certains élus de discuter des projets en cours avec des experts et des spécialistes.

Pour Julie-Pascale Provost, il faut ouvrir ces séances de rencontre à tout le monde et permettre à tous les élus et à tous les citoyens qui sont curieux et qui se posent des questions d'avoir accès à l'information.

Elle ajoute : C'est sûr que ça représente un challenge pour les élus, qui doivent maîtriser leurs dossiers. Mais je pense que ça peut les amener à devoir justifier les positions qu'ils adoptent et amener les citoyens à pousser les choses pour qu'elles se fassent autrement.

La marina de la discorde

À l'origine de son divorce avec Projet Montréal se trouve la fermeture de la marina de Lachine, que son ancien parti a promis de transformer en parc riverain d'ici 2025. Julie-Pascale Provost s'était opposée à ce projet et s'était alors fait montrer la porte du caucus.

Mme Provost réitère son opposition au projet, qu'elle considère toujours comme irréalisable. À la lumière de ce que je comprends du dossier, il n'y a pas les sous nécessaires pour réaliser le projet que nous a fait miroiter l'administration actuelle, dit-elle.

« On nous a mal présenté les choses et on nous a fait miroiter un projet, à mon sens, idéaliste. J'ai très peur qu'on se retrouve avec un terrain en friche. J'ai peur qu'on investisse tout ces fonds publics et qu'on se retrouve devant rien, parce qu'on ne peut pas s'en occuper. »

— Une citation de  Julie-Pascale Provost

Selon elle, ce ne sont pas les projets qui manquent à Lachine. Je ne pense pas que ça soit le projet à prioriser actuellement, affirme-t-elle. Je suis sûre que si vous demandez à tous les Lachinois ce qu'ils veulent, entre le projet à la marina et un nouveau centre sportif, c'est le centre sportif qui gagne haut la main.

Indépendante... pour l'instant

Questionnée sur son choix de se présenter comme indépendante à la prochaine élection, Mme Provost affirme avoir voulu consacrer ses efforts à construire son équipe de campagne plutôt qu'à se chercher une bannière.

Je suis entourée de gens qui sont éclairants et qui sont inspirants, et j'ai envie de construire une équipe avec eux parce qu'ils partagent mes valeurs d'ouverture et de transparence, dit-elle.

Après ça, en équipe, on va pouvoir décider de la meilleure option pour la suite, ajoute-t-elle. Amenée à développer, Julie-Pascale Provost dit entretenir de bonnes relations avec des gens de tout plein d'horizons.

Si elle affirme qu'il est prématuré de s'avancer sur une éventuelle alliance politique, la porte semble tout de même ouverte. On verra les options qui s'offrent à nous, en équipe, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !