•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta propose de racheter des propriétés en zone inondable à Fort McMurray

Les maisons de Ptarmigan Court à Fort McMurray lors de l'inondation d'avril 2020.

Les maisons de Ptarmigan Court à Fort McMurray lors de l'inondation d'avril 2020. Les propriétaires se voient offrir un rachat de leurs lots.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Radio-Canada

Le gouvernement de l'Alberta propose 11 millions de dollars pour racheter des maisons situées dans une zone inondable de Fort McMurray. Les propriétaires ont jusqu'au 31 mai pour se décider.

En décembre, la Municipalité régionale de Wood Buffalo a voté en faveur de l'offre de rachat de toutes les propriétés du quartier de Ptarmigan Court, qui a subi d'importants dommages lors de la crue de la rivière Hangingstone en avril 2020.

Au total, le rachat devrait coûter environ 14 millions de dollars à la province et à la municipalité

Le quartier de Ptarmigan Court compte 69 lots, dont 20 ne sont pas construits.

Sur les 69 propriétaires, 38 ont exprimé leur intérêt pour les rachats, huit n'ont aucun intérêt et trois espèrent élever les fondations de leurs maisons mobiles au-dessus du niveau des inondations, explique Greg Bennett, un porte-parole de la Municipalité.

Un rachat attendu depuis longtemps

Louis Rondeau dans sa maison.

Louis Rondeau demande un rachat depuis l'incendie de la rivière Horse en 2016, et il est heureux de l'avoir enfin obtenu.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Louis Rondeau espère un rachat de sa maison depuis l'incendie de la rivière Horse en 2016.

Sa maison située à côté de la rivière Hangingstone a été inondée en avril 2020.

Alors que la municipalité installe des murs temporaires anti-inondation, et bloque les routes et les sentiers pour protéger la communauté de nouvelles inondations, Louis Rondeau finalise l'achat de sa nouvelle maison à Okotoks, au sud de Calgary. Il prévoit y déménager à la mi-avril.

Il décrit sa maison de Fort McMurray comme la tête de gondole de l'inondation, car elle est juste à côté de la rivière et a été sévèrement inondée en avril 2020. Elle a peu de valeur de revente.

C'est malheureux, nous avons consacré beaucoup de temps et d'argent à cet endroit et c'est une belle région.

Une citation de :Louis Rondeau, résident de Fort McMurray

Heureusement, il ne sortira pas du rachat de sa propriété avec des dettes, comme certains résidents de la région, explique-t-il.

Louis Rondeau ne peut pas donner de détails sur son entente avec la Municipalité, car il a signé une clause de confidentialité.

Il dit qu'il est stressant de vivre dans son quartier au printemps, car il a toujours peur qu’une nouvelle inondation ait lieu.

Un prix de rachat insufissant

John Wuis dans sa maison.

John Wuis ne va pas accepter le rachat, car le montant offert n'est pas suffisant pour que cela vaille la peine.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Certains propriétaires ne sont pas satisfaits des offres de rachats et il n'y a pas de place pour négocier. La Municipalité offre la valeur de l'évaluation foncière de 2020 pour chaque maison.

John Wuis dit que sa maison vaut bien plus que les 288 000 $ offerts.

En 2019, la maison de John Wuis a été évaluée à 298 000 $ et l'année précédente à 361 000 $.

Il ne pense pas que l'utilisation des évaluations foncières soit juste, car cela ne tient pas compte des améliorations apportées à la maison ou des choses comme l'aménagement paysager, deux choses que John Wuis a faites.

Le rachat est vraiment génial pour certaines personnes, dit-il. Mais pour lui, ce n’est pas le cas : je suis 30 000 $ à 50 000 $ ou 60 000 $ plus bas que le prix auquel j’aurais pu vendre [ma maison] en 2020.

John Wuis dit qu'il n'acceptera pas l'offre de rachat, mais craint que la municipalité ne l'exproprie de toute façon.

Avec les informations de Jamie Malbeuf.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !