•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers un modèle de recyclage « fabriqué en Alberta » d’ici l'automne

Des employés, vêtus d'un habit de protection, qui séparent les matériaux sur une bande roulante.

Le modèle de responsabilité élargie des producteurs vise à déplacer les coûts et la gestion du recyclage des municipalités à ceux qui les produisent et les consomment directement.

Photo : Radio-Canada / Gaétan Lamarre

Radio-Canada

L’Alberta veut mettre en place son propre modèle de responsabilité élargie des producteurs (REP) d’ici l’automne grâce à une série de consultations avec les municipalités, les communautés autochtones, les parties prenantes et le public.

L’approche annoncée par le ministre de l’Environnement mercredi lors du congrès printanier de l'Association des municipalités rurales de l'Alberta (RMA) vise à déplacer les coûts et la gestion du recyclage des municipalités à ceux qui fabriquent les produits et les consomment directement.

De cette façon, les municipalités et les contribuables ne seront plus les seules à assumer le poids financier et environnemental de la gestion des déchets, indique le président de RMA, Paul McLauchlin.

La cofondatrice de Plastic-Free YYC à Calgary, Briana Loughlin, partage l'engouement du président du RMA : C'est excitant comme nouvelle. Le gouvernement fait un pas dans la bonne direction pour l'environnement et l'économie.

Mme Loughlin souligne néanmoins l'importance du travail collaboratif derrière ce projet. Elle espère que le gouvernement ne fera pas cavalier seul dans la mise sur pied de cette mesure et qu'il sera prêt à écouter les divers intervenants du milieu.

Le ministre de l’Environnement de l’Alberta, Jason Nixon, espère aussi favoriser la transition de la province vers une économie circulaire grâce à ce projet.

Selon lui, la création d’un modèle REP albertain encouragera les entreprises à trouver des moyens de réduire leur production de déchets, en plus de mettre sur pied des moyens de recycler ces derniers en revoyant par exemple leur modèle d’affaires.

Un plus pour l'économie et pour l'environnement

Le passage à cette nouvelle approche permet aussi à la province de faire d'une pierre deux coups, affirme Jason Nixon. C’est à la fois bon pour l’environnement et l’économie, dit-il.

Le gouvernement estime qu’un changement vers un modèle REP réduirait les émissions de dioxyde de carbone d’environ 72 000 tonnes par an, en plus de contribuer à 148 millions de dollars du PIB provincial.

Même si l’industrie finance le programme de responsabilité élargie, cela ne s’accompagne généralement pas de frais supplémentaires pour le consommateur, selon le gouvernement.

Jason Nixon désire intégrer ce nouveau modèle fabriqué en Alberta et ses modifications législatives d’ici l’automne prochain.

L’Alberta serait alors la dernière province des Prairies à établir ce programme.

L’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec possèdent aussi un modèle REP.

Il est possible de participer jusqu'au 30 avril au sondage public de ce projet, offert en ligne ici (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !