•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des protections hygiéniques pourraient être disponibles gratuitement à Winnipeg

Des boîtes de serviettes hygiéniques et de tampons dans le tiroir d'un classeur.

En Nouvelle-Écosse, les protections hygiéniques sont disponibles gratuitement dans les écoles et bibliothèques.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Lundi, la conseillère municipale de Point Douglas, Vivian Santos a porté une motion demandant l’élaboration d’un rapport sur la mise à disposition de protections hygiéniques gratuites dans les installations municipales de Winnipeg. La motion a été adoptée à l’unanimité.

Le rapport devra déterminer les coûts et les solutions de financement pour ce projet qui n’a pas encore été lancé.

Mme Santos projette de pouvoir rendre disponibles des serviettes hygiéniques et des tampons dans les centres communautaires, arénas, écoles, librairies, bâtiments de services publics, et plus.

Il s’agit d’une mesure inclusive et équitable qui aiderait plus de 51 % de la population, a déclaré la conseillère.

La chef d’équipe pour le programme des mères et de la promotion du Centre de santé des femmes de Winnipeg, Erin Bockstael, se réjouit de la nouvelle.

Les règles sont toujours un sujet honteux et stigmatisé. Cette motion les normalise et affirme que ça fait partie de la vie, a dit Mme Bockstael dans une entrevue à l’émission le 6 à 9.

Selon la chef d’équipe, les règles arrivent autour de l’âge de 11 ans et restent dans la vie d’une femme pour plus de 40 ans, ce qui en fait un sujet important.

C’est important que des protections soient disponibles dans les écoles par exemple, car on ne peut pas toujours prédire quand elles vont arriver, a-t-elle expliqué.

Ce projet pourrait également aider les femmes victimes de précarité menstruelle, le manque de moyen ne leur permettant pas d’acheter des produits d'hygiène féminine. Il y a des femmes qui doivent utiliser du papier toilette, ce qui n’est pas adapté, ou garder des tampons plus longtemps, ce qui est dangereux pour la santé, a ajouté Erin Bockstael.

Le comité permanent sur la propriété, le patrimoine et le développement du centre-ville de Winnipeg, qui a adopté la motion, a accordé 60 jours pour l’élaboration de ce rapport.

Avec les informations de l'émission le 6 à 9

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !