•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment en finir avec les appels robotisés frauduleux sur son téléphone intelligent

Une femme regarde son téléphone en se pinçant l'espace entre les yeux.

Les appels robotisés frauduleux sont de plus en plus sophistiqués.

Photo : Shutterstock

Stéphanie Dupuis

Des malfrats qui se font passer pour l’Agence de revenu du Canada ou encore une personne enthousiaste qui vous annonce que vous remportez un voyage aux Bahamas... Les appels robotisés, souvent frauduleux, sont un véritable fléau. Voici quelques actions à poser avec votre téléphone intelligent pour les réduire au silence.

Des fonctions intégrées

La méthode la plus simple pour freiner les appels robotisés sur son téléphone intelligent est de bloquer les numéros un à la fois lorsque vous en recevez. Pour ce faire, il suffit d’appuyer sur l’icône d’information i à côté de l’appel et de choisir l’option bloquer ce correspondant.

Cette méthode a toutefois ses limites : les malfrats utilisent parfois des applications pour que l’afficheur indique un numéro qui semble légitime, empruntant parfois même votre indicatif régional.

De son côté, le géant Apple a inclus depuis la mise à jour iOS 13, déployée en 2019, une fonction qui achemine les appels inconnus directement à la boîte vocale, sans faire sonner votre téléphone. On peut activer le filtre en appuyant sur Taire les appels non identifiés dans les réglages généraux de l’iPhone sous l'icône Téléphone.

Capture d'écran des paramètres de l'iPhone sur les appels non identifiés.

Les propriétaires d'iPhone peuvent activer la fonction «Taire les appels non identifiés» dans les paramètres de leur appareil.

Photo : Capture d'écran de l'iPhone

Sur plusieurs appareils Android, une fonction similaire peut être activée dans les paramètres de l’appareil. La fonction n’est pas parfaite si vous êtes du genre à ne pas identifier à qui appartiennent certains numéros de téléphone dans votre liste de contacts.

Google a une offre différente pour ses appareils Pixel. Les appels suspects peuvent être automatiquement acheminés à l’assistant Google avec la fonction Call Screen (écran d’appel). Avant même que le téléphone sonne, l’assistant interagit avec la personne au bout du fil et vous permet de déterminer si l’appel est justifié pour vous. L’option peut être activée dans les paramètres de l’application téléphone.

Des applications mobiles

Plusieurs applications mobiles peuvent aussi faire ce travail de filtre. C’est notamment le cas des applications TrueCaller et Hiya, qui permettent d’étiqueter les appels frauduleux en tenant à jour une base de données de numéros de téléphone.

Un appel entrant sur un iPhone identifié comme étant potentiellement frauduleux.

L'application TrueCaller est utilisée par quelque 150 millions de personnes quotidiennement.

Photo : TrueCaller

L’application YouMail mise également sur une telle liste, mais cette dernière pousse un peu plus loin l’exercice : elle répond pour vous à l’appel avec un message automatique indiquant que le numéro est hors service.

Mais s'il ne vous dérange pas de payer pour que ces appels cessent, le service RoboKiller, dont le système repose sur la détection de la voix plutôt que sur le numéro utilisé, vous permet d’avoir la paix d’esprit moyennant quelques dizaines de dollars par année.

Votre fournisseur à la rescousse

Les fournisseurs de services de télécommunications mettent aussi la main à la pâte pour combattre les appels robotisés potentiellement frauduleux. Telus (et Koodo Mobile), par exemple, a mis sur pied la fonction contrôle des appels, qui, lorsqu’elle est activée, demande à la personne au bout du fil – qui ne fait pas partie de la liste de numéros autorisés – d’entrer un chiffre de 0 à 9 sur son combiné. Les appels robotisés gagnent rarement à ce jeu.

Bell teste pour sa part depuis juillet 2020 une solution de blocage d’appels basée sur l’intelligence artificielle. Selon Caroline Audet, gestionnaire principale des relations avec les médias de Bell, la technologie confirme les appels frauduleux et les bloque avant qu’ils n’atteignent un client.

Nous sommes très satisfaits des résultats et avons demandé au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications au Canada (CRTC) l'autorisation de mettre en œuvre ce service de façon permanente.

Une citation de :Caroline Audet

De son côté, la compagnie Rogers indique qu’elle mettra en œuvre dès juin 2021 une tactique basée sur les normes STIR/SHAKEN. Selon un porte-parole de Rogers, cette solution permettra aux télécommunicateurs de valider l'identification de l'appelant pour les appels vocaux basés sur le protocole Internet (IP) et d'informer le client qui reçoit l'appel si l'identité de l'appelant est fiable.

Que sont les normes STIR/SHAKEN?

Les normes STIR/SHAKEN sont un ensemble de protocoles et de procédures conçus pour lutter contre la mystification de l’identification de la ligne appelante par l’authentification et la vérification de l’information d’identification de l’appelant. – CRTC

Nous travaillons avec diligence avec le CRTC et des partenaires de l'industrie pour lutter contre ces appels, y compris une nouvelle mesure permettant à nos clients de savoir si l'appelant est digne de confiance, indique-t-il.

Il appartient aux utilisateurs de contacter leur compagnie de téléphone pour voir ce qui est offert, précise un porte-parole du Centre antifraude du Canada.

De son côté, le CRTC hisse déjà des barrières depuis 2019, alors qu’il oblige les opérateurs à bloquer les numéros de téléphone qui ne répondent pas aux normes nord-américaines. Les numéros débutant par une lettre ou un indicatif régional inhabituel de même que ceux comprenant plus de 15 chiffres ne sont pas acheminés aux destinataires.

D'après les rapports que nous recevons, je dirais que cela n'empêche pas tous les appels frauduleux, car certains utilisent des numéros locaux, indique un porte-parole du Centre canadien antifraude.

Si vous croyez avoir été victime d’un appel frauduleux, vous pouvez le signaler au Centre antifraude du Canada (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !