•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des salles en zones rouges : la joie et l’émotion du milieu culturel

Il dirige l'orchestre, le sourire aux lèvres.

Le chef Yannick Nézet-Séguin.

Photo : Les films Jad / Francois Goupil

Fanny Bourel

L'annonce tant attendue par une bonne partie du milieu culturel québécois a été faite : les salles de spectacle et les théâtres pourront rouvrir le 26 mars en zones rouges et l’heure du couvre-feu est repoussée à 21 h 30 en zones rouges et orange.

Enfin! s’est exclamée Catherine Voyer-Léger, directrice du Conseil québécois du théâtre (CQT). On va ouvrir le champagne.

En effet, après presque six mois d'arrêt, les arts de la scène pourront reprendre à Montréal et dans les régions encore en zones rouges.

Je suis très soulagée et même émue, car ça fait longtemps qu’on attend ce moment-là.

Une citation de :Lorraine Pintal, directrice générale et artistique du Théâtre du Nouveau Monde

C’est un vent d’optimisme qui souffle sur la société, a ajouté Mme Pintal en entrevue mardi à l’émission Le 15-18.

Même soulagement du côté de Luc Fortin, président et directeur général par intérim de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ). Il était temps, car ça devenait long, a-t-il indiqué. C’est le jour où on peut commencer à reconstruire sur des ruines.

L’enthousiasme se manifeste également du côté de Julie-Anne Richard, qui dirige RIDEAU, l’association professionnelle des diffuseurs de spectacles. Je suis particulièrement émue. C’est un grand pas en avant, a-t-elle confié.

On espère que c’est définitif et que l’administration des vaccins se fera à plein régime pour que plus jamais on ne vive une telle situation.

Une citation de :Julie-Anne Richard, directrice générale de RIDEAU

Chez le metteur en scène Serge Denoncourt, la joie est teintée de l’inquiétude de voir le Québec se reconfiner en raison des variants, comme c’est le cas de l’Italie présentement. On a tous la même peur : remettre un théâtre en marche et le refermer. Ce serait le pire scénario, dit-il.

Il faut y aller prudemment, car il ne faudrait pas que nos salles ferment à nouveau, a indiqué Lorraine Pintal. Ce serait tragique.

L’annonce faite par le premier ministre François Legault donne aussi de l’optimisme aux festivals qui pourraient se tenir au cours de l’été. Cette ouverture nous donne de l'espoir, car depuis le début de cette pandémie, on nous dit que les activités extérieures sont toujours moins à risque que les activités intérieures, a réagi Patrick Kearney, président du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN) et directeur général du Festival Santa Teresa.

Les lieux culturels soulagés de voir le couvre-feu repoussé à 21 h 30

Serge Denoncourt porte une chemise noire et des lunettes noires.

Le metteur en scène Serge Denoncourt estime que la reprise au théâtre s'échelonnera sur plusieurs semaines.

Photo : Télé-Québec

Selon les informations transmises aux organisations culturelles par le ministère de la Culture et des Communications juste avant la conférence de presse du premier ministre François Legault, les salles de spectacle et les théâtres pourront accueillir un maximum de 250 personnes par salle.

Une distance d’un mètre et demi devra être respectée entre chaque bulle et le port du masque sera obligatoire pendant toute la durée de la représentation.

Le milieu des arts vivants craignait de reprendre les spectacles avec la contrainte d’un couvre-feu maintenu à 20 h. Finalement, il est repoussé à 21 h 30 en zones rouges dès aujourd'hui. C’est une double bonne nouvelle, a souligné Julie-Anne Richard. Cela simplifie les choses pour les diffuseurs.

Le fait que le couvre-feu devienne plus tardif en zones rouges et orange ravit également les cinémas de la grande région de Montréal.

Depuis la fin de la semaine de relâche, la situation était compliquée pour eux avec le couvre-feu à 20 h et la perte des revenus engendrée par l’interdiction de vendre des boissons et des collations, comme le maïs soufflé.

Cela va permettre d’organiser des projections à 19 h, qui sont les représentations les plus populaires, et cela va pousser les distributeurs à sortir de nouveaux films.

Une citation de :Éric Bouchard, président de la Corporation des salles de cinéma (CSCQ)

Une reprise graduelle dans les faits

Bien que les salles sont autorisées à rouvrir dans 10 jours, la reprise s’étalera sur plusieurs semaines, le temps que tout soit prêt et que les artistes qui ont déjà pris des engagements pour des tournages, par exemple, soient disponibles.

Cela va se faire sur plusieurs semaines, a estimé Serge Denoncourt. Il y a des théâtres qui sont prêts, d’autres qui le sont mais dont les acteurs ne sont pas libres, et il y a des théâtres qui doivent répéter.

Le théâtre montréalais Duceppe a annoncé mardi soir que des représentations de sa pièce L’amour est un dumpling seront présentées à compter du 31 mars. Et la pièce King Dave, déjà reportée deux fois en raison de la pandémie, reprendra l'affiche le 4 mai. Le Théâtre du Rideau Vert donne rendez-vous à son public le 20 avril pour la pièce Le vrai monde?, de Michel Tremblay.

Quant à la rentrée du Théâtre du Nouveau Monde, elle se fera le 4 mai avec Le rêveur dans son bain. Au théâtre La Licorne, Guylaine Tremblay montera sur scène à partir du 30 mars pour jouer la pièce Les étés souterrain de Steve Gagnon.

D’après les échos que j’ai eus, la moitié des théâtres vont rouvrir dès la 26 mars et l’autre moitié aura besoin d’un peu plus de temps, a expliqué Catherine Voyer-Léger. Certaines salles ont beaucoup de personnel à rapatrier. Cela demande de l’organisation.

La scène musicale devrait être en mesure de communier à nouveau avec le public plus rapidement que certains théâtres. Beaucoup de spectacles et de salles sont prêts, a affirmé Luc Fortin.

L’Orchestre métropolitain a annoncé qu’il présentera un concert devant un public à la Maison symphonique de Montréal le 27 mars.

Pour rouvrir tout en respectant les règles, le cabaret Lion d’Or, une salle située rue Ontario, à Montréal, a décidé de faire preuve d’adaptation.

Dès le 26 mars, 64 personnes au maximum pourront voir l’humoriste Louis-José Houde sur scène, qui se produira deux fois dans la soirée. On va commencer tôt et les spectacles seront plus courts, a précisé Sara Castonguay, la directrice générale, en entrevue mardi à l’émission Zone économie sur ICI RDI.

Présenter des concerts sans bar?

Une salle de spectacle vide.

Les salles de spectacle et les théâtres pourront rouvrir le 26 mars en zones rouges, au Québec.

Photo : Radio-Canada

Si le milieu culturel a le sentiment de voir son horizon s’éclaircir, des incertitudes demeurent, notamment concernant la réouverture des lieux de diffusion ayant un permis de bar et de restaurant.

Je n’ai pas de réponse, a indiqué Jon Weisz, le directeur des Scènes de musiques alternatives du Québec (SMAQ), qui représente une soixantaine de petites salles indépendantes. On devrait en avoir dans les prochains jours.

Dans quelle mesure sera-t-il possible d’offrir des prestations [musicales] sans les sources de revenus [que représente la vente d’alcool et de nourriture]? s’est-il interrogé. Si les salles ne perdent pas d’argent [en ouvrant quand même], elles le feront.

À la fin de février, SMAQ avait demandé au premier ministre François Legault de permettre aux salles n’offrant pas de sièges fixes de rouvrir. Depuis, cette question a été réglée. Il va falloir que les places soient assignées, mais pas forcément que les sièges soient fixés au plancher, a précisé Jon Weisz.

Autre question : la mesure d’aide à la diffusion qui permet de compenser les pertes liées aux billets non vendus en raison de la capacité plus limitée des salles sera-t-elle maintenue après le 31 mars?

On a reçu des signaux positifs concernant la poursuite de cette mesure très structurante pour le milieu, s’est félicitée Julie-Anne Richard.

On comprend que la mesure sera renouvelée dans le prochain budget, mais jusqu’à quand, a demandé Catherine Voyer-Léger.

Avec les informations d’Eugénie Lépine-Blondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !