•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

L'avenir du tramway entre les mains du premier ministre

Une maquette du design du tramway de Québec.

Voici un exemple de l'intégration du tramway sur la rue de la Couronne (archives)

Photo : Ville de Québec

La rencontre au sommet entre Régis Labeaume et François Legault a lieu mercredi matin au bureau du premier ministre.

Après des mois d'incertitude, le projet de réseau structurant pourrait être approuvé par le premier ministre, François Legault.

Après un déblocage majeur dans les négociations la semaine dernière, la rencontre de ce matin devrait permettre de mettre la touche finale au projet, presque trois ans, jour pour jour, après avoir été dévoilé au grand public.

Et cette fois-ci, Régis Labeaume pourra compter sur le caucus de Québec. Selon nos sources, les députés caquistes de la région appuient globalement le projet proposé. Il ne fait pas l'unanimité, mais ce qui est sur la table est acceptable.

Le nouveau tracé partirait du terminus Le Gendre, à l'ouest de la Ville, jusqu'au terminus D'Estimauville, à l'est. À chaque extrémité, le gouvernement souhaite le développement d'une zone d'innovation technologique.

Afin de répondre aux besoins pressants en transport en commun dans les banlieues de Québec, le gouvernement devrait annoncer une meilleure desserte qui s'articulerait autour de voies dédiées sur les trois principales autoroutes de la capitale dans l'axe nord-sud.

Avec ou sans Le Gendre

Le caucus de Québec a été rencontré une première fois la semaine dernière. À ce moment, le tracé proposé ne se rendait pas jusqu'à Le Gendre. Il se terminait à Sainte-Foy.

Après le déblocage des négociations, les députés ont été rappelés vendredi pour apprendre les modifications apportées. Le terminus Le Gendre figurait maintenant au tracé.

Si aucun autre changement n'est fait au terme de la rencontre avec le premier ministre aujourd'hui, le projet pourrait bien être scellé.

Cul-de-sac politique

Si l'entente est approuvée par le Conseil des ministres, l'opposition officielle à la Ville de Québec se retrouvera isolée.

Québec 21 deviendra le seul parti à dénoncer le projet de tramway. Le maire de Québec parle d'un cul-de-sac politique.

L'opposition officielle refuse pour l'instant de baisser les bras. Le chef Jean-François Gosselin souhaite toujours que le projet fasse l'objet de débats lors de la prochaine campagne électorale pour que les électeurs de la ville puissent se prononcer.

Québec 21 a en poche un projet structurant. Le parti attendait la fin du printemps pour le rendre public. Le problème, c'est que le gouvernement, avec son projet de desserte des banlieues, vient de lui couper l'herbe sous le pied.

L'effet de surprise qui était recherché n'aura pas lieu.

Le parti de Jean-François Gosselin devra trouver une autre stratégie pour capter l'attention.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !