•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du jaune et du répit pour la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles

Homme avec un chariot devant un magasin, portant un masque.

Les régions de la Côte-Nord et de la Gaspésie-Les Îles reviendront au palier d'alerte jaune le 26 mars (archives)

Photo : Getty Images / Kerkez

Le premier ministre François Legault confirme que la Côte-Nord, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et le Nord-du-Québec passent au jaune à compter du 26 mars.

D’ici 10 jours, il n’y aura plus de couvre-feu dans ces trois régions. Les rencontres dans les résidences privées seront permises, mais limitées aux occupants de deux domiciles différents.

Ailleurs au Québec, le couvre-feu dans les zones rouges sera repoussé à 21 h 30 à compter de mercredi.

Dans les zones jaunes, les activités sportives permises seront aussi plus nombreuses. Une douzaine de personnes pourront participer à des activités sportives extérieures. Les modalités exactes de la reprise seront divulguées ultérieurement par la ministre responsable, Isabelle Charest.

Des rangées de bancs.

La salle de spectacles Francis-Pelletier à Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Tremblay

Les salles de spectacles et de cinéma pourront accueillir jusqu’à 250 personnes et le calcul de la distanciation sera désormais de 1,5 mètre entre les personnes qui ne vivent pas à la même adresse. Pour certaines petites salles, cette mesure pourrait permettre d’augmenter le nombre de spectateurs.

Les activités religieuses seront limitées à 250 personnes maximum. En comparaison, l’assistance maximale dans un lieu de culte situé dans les zones rouges est de 25 personnes.

Restaurants et réceptions

Les mesures demeurent presque inchangées en ce qui concerne les restaurants. Les occupants de deux résidences privées pourront être à une même table au restaurant et les spectacles sont permis durant les repas.

Les restaurateurs espéraient que le passage en zone jaune se traduirait par une capacité d’accueil élargie.

Le propriétaire du Centre des congrès de Sept-Îles, Mikaël Ouellet, se disait impatient de rouvrir ses salles de réception. La salle est prête, l'alcool est sur place, indiquait M. Ouellet un peu avant l’annonce du premier ministre.

Il devra cependant patienter jusqu’à ce que la campagne de vaccination laisse présager une embellie plus importante. Pour le moment, en zone jaune, la présence de 50 personnes sera acceptée lors de funérailles ou de mariage. La tenue d’un registre des présences sera obligatoire et aucun alcool ni nourriture ne pourra être servi. La distanciation physique restera de mise.

Pour le moment, Québec craint toujours qu’un relâchement trop important des mesures sanitaires ouvre la porte à une hausse des contaminations en raison de la présence grandissante des variants. Selon les prévisions, la majorité des cas enregistrés au Québec à la fin d'avril seront des infections par le variant britannique du virus SRAS-CoV-2.

Patience pour les bars et microbrasseries

Les bars, qui ont dû fermer leurs portes en décembre dernier, ont dû revoir leur stratégie d’exploitation et embaucher moins d’employés, puisque le nombre de clients demeure limité. Les nouvelles règles les concernant seront connues au cours des prochains jours.

Un verre de bière posé sur une table avec des petites bouchées, à la microbrasserie La Compagnie de Sept-Îles.

La microbrasserie La Compagnie de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Jean-Louis Bordeleau

La copropriétaire de la microbrasserie La Compagnie à Sept-Îles, Marie-Pier Johnson, s’attendait à ce que cette période d’ajustement ne soit pas trop longue. Après trois mois, elle espérait des assouplissements. On est contents de savoir que dans deux semaines on tombera dans une zone jaune, ne sachant toujours pas ce que ça veut dire, a commenté l’entrepreneure.

Québec souligne que les déplacements entre différentes régions et différentes villes demeurent non recommandés sauf les déplacements essentiels.

Retour à l'école

Dans les zones jaunes et orange, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire seront de retour à l’école tous les jours à partir du 22 mars.

Le Syndicat de l'enseignement de la région du Fer, sur la Côte-Nord, voit d’ailleurs dans la reprise des cours en présence des élèves un moyen de favoriser l’apprentissage et la réussite des jeunes La présidente du Syndicat, Monica Giasson, admet que ce sera toutefois un défi d’assurer la santé de tous en raison d’un plus grand nombre d’élèves en même temps dans les établissements scolaires.

Satisfaction sur la Côte-Nord...

Le député péquiste de René Lévesque, Martin Ouellet, se dit heureux du fait que les citoyens de la région pourront profiter d’un allègement des mesures sanitaires.

Selon lui, il est temps que le gouvernement fixe des objectifs à atteindre et des paramètres clairs sur les comportements à adopter dans les différentes zones.

Le député y voit un moyen de conserver l’adhésion de la population aux mesures sanitaires. Connaître à l'avance ce qui s'en vient, l'objectif à atteindre, qu'est-ce qui sera. Je pense que ça va aider les gens de la Côte-Nord à avoir espoir que la suite sera encore meilleure, indique Martin Ouellet.

La députée fédérale de Manicouagan, Marilène Gill, estime elle aussi qu'il s'agit d'une très bonne nouvelle pour les Nord-Côtiers. Elle appelle tout de même à la prudence puisque, dit-elle, la menace des variants demeure bien réelle.

De leur côté, les maires de Baie-Comeau, Yves Montigny, et de Sept-Îles, Réjean Porlier, ne cachent pas leur bonne humeur.

Le maire de Sept-Îles dans son bureau.

Réjean Porlier se dit content pour les Nord-Côtiers.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

M. Montigny affirme que ces citoyens attendaient un allègement des consignes sanitaires dans la région. C’est aussi ce que pense M. Porlier : Enfin un peu d’air pour la Côte-Nord, je pense que [les Nord-Côtiers] le méritent grandement avec les résultats qu’on a depuis un bon moment.

Yves Montigny croit que la population de la Côte-Nord réussira à conserver un bon bilan sanitaire, malgré le relâchement de certaines mesures.

... et aussi aux Îles et en Gaspésie

La nouvelle est aussi accueillie avec satisfaction aux Îles-de-la-Madeleine. Le maire des Îles, Jonathan Lapierre, rappelle que l’archipel a dénombré moins d’une quarantaine de contaminations en un an de pandémie. Ces allègements seront les bienvenus pour les Madelinots, souligne M. Lapierre.

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, estime qu’il attendait cette nouvelle depuis plusieurs semaines étant donné le bilan épidémiologique de la région. Sur le territoire de la Haute-Gaspésie, 41 cas seulement au cours de la dernière année, donc tout pendait vers un scénario positif.

Déception au Bas-Saint-Laurent

À quelques kilomètres à l’ouest, près la frontière de la Gaspésie, la municipalité des Méchins, située au Bas-Saint-Laurent, reste en zone orange.

Le maire des Méchins, Dominique Roy, est déçu. Il estime que les autorités auront de la difficulté à faire appliquer des règles différentes entre la Haute-Gaspésie et la Matanie.

Les deux territoires, dit-il, entretiennent des liens très étroits.

Plusieurs résidents des Méchins travaillent dans la région voisine, à Sainte-Anne-des-Monts et vice-versa, puisque le chantier maritime Verreault Navigation est un des principaux employeurs du secteur. Ça va fonctionner comment? Ouf! Je n’aimerais pas être à leur place pour prendre ces décisions-là. On va voir, mais comme je dis, il faut que la population reste concentrée. Il faut que l’on continue à faire ce qu’on fait bien, commente Dominique Roy.

Pierre D'Amours, maire d'Amqui depuis l'automne 2017.

Pierre D'Amours aurait bien aimé que le Bas-Saint-Laurent passe en zone jaune, mais demeure solidaire des autres MRC du Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada

Même déception pour le maire d’Amqui, Pierre D’Amours, qui se dit même un peu jaloux de la Gaspésie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !