•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immune Biosolutions reçoit 13,5 M$ pour mettre au point son médicament contre la COVID-19

Gros plan sur un échantillon de bactérie manipulé par un chercheur dans un laboratoire.

Des équipes de Sherbrooke travaillent à développer des anticorps efficaces contre la COVID-19.

Photo : Getty Images / Douglas Magno

Radio-Canada

L'entreprise de biotechnologie Immune Biosolutions, de Sherbrooke, recevra près de 13,5 millions de dollars d'Ottawa pour avancer ses travaux visant à mettre au point un traitement d'immunothérapie contre la COVID-19.

Le médicament est présentement au stade d'études précliniques. Avec ce financement, Immune Biosolutions explique par voie de communiqué qu'elle peut enclencher la vitesse supérieure et passer aux essais cliniques de phase II. L’entreprise pourra également bâtir une capacité de biofabrication, ce qui facilitera le développement de nouvelles immunothérapies, souligne l'entreprise.

L'immunothérapie à laquelle travaillent les chercheurs vise à neutraliser le virus et accélérer son élimination par le système immunitaire. Les anticorps aideront ainsi les patients à combattre la maladie.

Immune Biosolutions avait déjà mentionné que le nerf de la guerre n'était pas la science, mais bien le financement.

Notre financement était centré autour des projets en oncologie, pas pour la COVID [...] On a beau trouver l'anticorps champion, si nous ne sommes pas capables de le produire en quantité suffisante pour nos concitoyens, nous ne sommes pas plus avancés, avait mentionné Frédéric Leduc, président de l'entreprise, en mai 2020.

Frédéric Leduc avait également expliqué que la mise en marché des anticorps était beaucoup plus rapide qu'un vaccin, car les effets néfastes potentiels sont connus beaucoup plus rapidement.

Récemment, les résultats préliminaires de deux anticorps de synthèse produits par l'entreprise américaine Regeneron ont démontré qu'ensemble, ils réduisaient de 70 % les nombres d'hospitalisations et de décès chez les patients à haut risque ayant contracté récemment la maladie.

Un complément à la vaccination

En entrevue à l'émission Vivement le retour, Frédéric Leduc a souligné que l'immunothérapie était un complément à la vaccination. C’est vraiment une priorité de vacciner le plus de gens possibles. Par contre, ça va nous donner un outil de plus aux professionnels de la santé pour traiter la COVID-19. Plus on a d’outils, plus on peut répondre à cette pandémie-là, a-t-il expliqué.

De plus, il précise également que la vaccination n’est pas recommandée pour certaines petites sous-populations. Il y a des gens vulnérables, des gens qui ont des conditions médicales importantes qui sont immunosupprimées par exemple ou des gens qui ont reçu des greffes et pour qui la vaccination n’est pas le meilleur outil, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !