•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bas-Saint-Laurent en orange; le reste de l'Est-du-Québec passe au jaune

Plusieurs maisons sur le bord du fleuve glacé, à Rivière-Ouelle.

Le Bas-Saint-Laurent reste en zone orange. (archives)

Photo : Radio-Canada / Shanelle Guérin

Le Bas-Saint-Laurent demeure en zone orange, alors que le reste de l'Est-du-Québec passe en zone jaune. Le premier ministre du Québec François Legault l'a confirmé lors d'un point de presse mardi.

Le couvre-feu demeure en vigueur à partir de 21 h 30 dans les zones orange, comme au Bas-Saint-Laurent, et les zones rouges.

En zone orange, à partir du 22 mars, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire seront en classe à temps plein.

Trois régions passeront en zone jaune le 26 mars, soit le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Les résidents de ces régions ne seront plus soumis à un couvre-feu.

De plus, les rassemblements intérieurs dans les lieux privés seront permis pour deux familles.

Plus de types de sports pourront aussi être pratiqués en zone jaune.

Déception au Bas-Saint-Laurent

Le maire de Rimouski, Marc Parent, ne cache pas sa déception de voir le Bas-Saint-Laurent rester en zone orange, même s'il réitère sa confiance envers la santé publique.

Il estime toutefois que les mesures imposées en zones orange ne se différencient pas suffisamment de celles imposées dans les zones rouges.

Selon lui, des mesures d'accommodements pourraient être mises en place rapidement pour que les possibilités de rencontres soient plus grandes au Bas-Saint-Laurent, compte tenu de sa situation enviable en comparaison avec d'autres régions du Québec.

Peut-être que le compromis aurait été de maintenir le couvre-feu, mais de, au moins, permettre à deux bulles de se rencontrer.

Une citation de :Marc Parent, maire de Rimouski

Je pense que ça aurait été un compromis acceptable, alors que là, maintenant, on semble se diriger beaucoup plus pour vivre la même réalité que dans les régions où il y a beaucoup beaucoup plus de cas, poursuit le maire.

Marc Parent dit craindre que les allègements tardent à arriver, si le gouvernement conserve le même rythme auquel il effectue ses annonces concernant les mesures sanitaires depuis quelques semaines.

M. Legault semble avoir pris la tendance de faire des annonces aux deux semaines. Donc, on pourrait se retrouver sans changement de situation avant le 15 avril, souligne-t-il.

Le maire de Rimouski affirme qu'il a bon espoir que le gouvernement rajuste rapidement le tir en ce qui a trait au Bas-Saint-Laurent, si la situation associée au variant se maintient et est bien contrôlée.

Le maire des Méchins, Dominique Roy.

Le maire des Méchins, Dominique Roy, se dit déçu de voir le Bas-Saint-Laurent toujours en orange. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le maire des Méchins, Dominique Roy, se dit lui aussi déçu de l'exclusion de sa municipalité des régions qui passent en zone jaune.

C'est un coup dur pour lui, puisque la municipalité est située à la frontière de la Gaspésie, mais du côté du Bas-Saint-Laurent qui, lui, restera en zone orange.

Dominique Roy anticipe que les autorités auront de la difficulté à faire appliquer des règles différentes entre la Haute-Gaspésie et La Matanie, qui entretiennent des liens très étroits.

Moi, j'ai du monde qui reste ici, à Les Méchins, qui travaille à Sainte-Anne-des-Monts. On a du monde de Sainte-Anne-des-Monts qui travaille chez Verreault Navigation. Ça va fonctionner comment? Je n'aimerais pas être à leur place pour prendre ces décisions-là. On va voir, mais comme je le dis, il faut que la population reste concentrée. Il faut que l'on continue à faire ce qu'on fait bien, soutient le maire Roy.

Le maire D'Amours devant l'hôtel de ville d'Amqui.

Le maire d'Amqui, Pierre D'Amours, est d'avis qu'il faut garder le Bas-Saint-Laurent en un bloc homogène dans lequel les mêmes règles sanitaires sont appliquées partout. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le maire d'Amqui, Pierre D'Amours, se dit un peu jaloux de la Gaspésie, mais il estime qu'il faut suivre les recommandations de la santé publique.

Il garde bon espoir de voir le Bas-Saint-Laurent basculer en zone jaune dans les prochaines semaines. C'est sûr qu'on espère pouvoir ravoir un peu plus de liberté, poursuit-il.

Pierre D'Amours estime qu'il serait mal avisé de scinder à nouveau le territoire du Bas-Saint-Laurent comme cela a été fait avant les Fêtes.

Je pense que ça avait généré son lot de préoccupations et d'incompréhension. Alors, je préfère une ligne globale par territoire.[...] D'un territoire à l'autre, il y a beaucoup d'interactions, affirme-t-il.

Il salue le retour des élèves de 3e, 4e et 5e secondaire en classe à temps plein. Par contre, il ajoute qu'outre cela, bien peu de choses pour les gens qui étaient en zone orange, alors qu'il y a quand même des mesures d'allègement avec ce qui se passe en zone rouge. On aurait souhaité un peu plus d'allègements.

Sylvain Hudon, devant l'usine de Bombardier Transport, à La Pocatière.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, souhaite que la vaccination s'accélère dans la région. (archives)

Photo : Radio-Canada

De son côté, le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, avoue qu'il aurait aimé que les mesures sanitaires soient atténuées au Bas-Saint-Laurent, surtout pour que les commerces puissent reprendre leurs activités normales.

Passer à une autre couleur, un peu plus pâle, s'il vous plaît. On aimerait ça. [...] Et, il ne faut pas oublier que, oui, on peut être dehors le plus longtemps possible, plus longtemps qu'avant, il fait clair, mais il faut d'un autre côté encourager les gens, soutient-il.

Vous respectez les règles. Bien, ça va nous prendre, je pense, un retour d'ascenseur le plus tôt possible. Ça, je le souhaite ardemment.

Une citation de :Sylvain Hudon, maire de La Pocatière

Il souhaite également que la vaccination s'accélère dans la région. Ce serait l'idéal, affirme-t-il à ce sujet.

Sylvain Hudon estime, lui aussi, que le Bas-Saint-Laurent doit rester homogène et solidaire plutôt que d'être scindé en sous-régions.

Avec des informations de Jean-François Deschênes et de Charles-Alexandre Tisseyre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !