•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crosbie réclame la divulgation des données qui auraient justifié la tenue des élections

Ches Crosbie.

Le chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador, Ches Crosbie, veut mettre la main sur les modèles utilisés pour justifier la tenue d’élections en pleine pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Le chef du Parti progressiste-conservateur demande au plus haut fonctionnaire à Terre-Neuve-et-Labrador de divulguer des données utilisées par le premier ministre pour justifier la tenue d’élections en pleine pandémie.

Radio-Canada a rapporté lundi que le gouvernement provincial refuse de rendre publics les modèles scientifiques cités par le chef libéral, Andrew Furey, pour expliquer sa décision d’appeler les électeurs aux urnes avant la vaccination du grand public.

La modélisation de santé publique sur la COVID-19 est de l’information publique, ici comme ailleurs. C’est évident, écrit le chef conservateur, Ches Crosbie, dans sa lettre au greffier du conseil exécutif.

Le ministère de la Santé et des Services communautaires refuse de divulguer les modèles cités par M. Furey parce qu’elles sont considérées comme des renseignements confidentiels au cabinet.

Mais Ches Crosbie soutient que le greffier du conseil exécutif, Gary Norris, devrait utiliser les pouvoirs qui lui sont confiés par la Loi sur l’accès à l’information pour annuler cette décision. Il explique que le greffier peut rendre les documents publics, s’il juge que la divulgation des données est d'intérêt public.

Furey ne donnera pas d'entrevue

Le cabinet du greffier du conseil exécutif confirme que M. Norris a reçu la lettre de M. Crosbie, mais ne voulait pas faire de commentaires publics.

Andrew Furey ne voulait pas nous accorder une entrevue, mais dans une déclaration, il dit : j'ai déjà commenté cette affaire.

Il y avait très peu de cas de COVID-19 à Terre-Neuve-et-Labrador et nous avons examiné les données de plusieurs juridictions, dont notre province et les autres régions du Canada, poursuit-il. Nous avons aussi considéré les règles sanitaires très strictes, surtout concernant les déplacements, qui étaient en place.

Tous ces facteurs nous ont poussés à déterminer le moment pour déclencher des élections, qui sont nécessaires cette année en vertu de la loi électorale. Personne n'aurait pu prévoir qu'une éclosion allait avoir lieu, ajoute le chef du Parti libéral et premier ministre sortant.

La campagne atteint sa 9e semaine

Trois semaines après le déclenchement des élections, une éclosion massive dans la région de Saint-Jean a mené à l’annulation du vote en personne.

Le 9 février dernier, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmentait rapidement, M. Furey a dit que le déclenchement des élections en janvier était basé sur des prévisions scientifiques.

Il faut regarder les données et prendre la meilleure décision en fonction de ces informations, a-t-il expliqué, lors d'une conférence de presse. Les chiffres étaient bas. La modélisation probabiliste nous montrait qu’il y aurait une augmentation de cas vers la fin mars. À l’époque, on croyait que c’était le bon moment.

Le vote par correspondance, qui a été prolongé à plusieurs reprises, est toujours en cours.

La campagne électorale, qui devait durer 28 jours, est à sa neuvième semaine. Élections Terre-Neuve-et-Labrador n’a pas encore annoncé quand le résultat sera connu, mais la date limite pour recevoir les bulletins de vote au bureau de l'agence est le 25 mars.

Andrew Furey ne s'est pas adressé aux médias depuis vendredi. Il a refusé de nous accorder une entrevue sur les données qu’il utilise pour justifier le déclenchement des élections.

[M. Furey] n’a pas répondu aux questions pertinentes et quand il fait des déclarations, plus de questions en résultent que de réponses, croit Ches Crosbie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !