•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des éducateurs inquiets de l'unification des divisions scolaires annoncée lundi

Des documents de travail de la Commission sur l'éducation de la maternelle à la douzième année du Manitoba sont déposés sur une table.

Le Manitoba se classe parmi les plus mauvais élèves au pays en matière de réussite scolaire.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Alexia Bille

Le personnel des divisions scolaires du Manitoba tente de comprendre les implications de la réforme du système éducatif annoncée lundi par le ministre de l’Éducation, Cliff Cullen. Des employés s’inquiètent de l’avenir de leurs programmes.

Nous avons des programmes artistiques, d’immersion en français, de mathématiques, d’aide aux élèves qui vivent dans la pauvreté, etc., et on veut que ces programmes soient protégés, a déclaré le directeur général adjoint de la division scolaire Seven Oaks, Matt Henderson, dans une entrevue au 6 à 9.

Le projet de loi 64 fait suite au rapport de la Commission sur l'éducation de la maternelle à la douzième année, rendu public lundi. Il prévoit de fusionner les 37 divisions scolaires de la province en une entité appelée Autorité provinciale de l'éducation. Seule la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) restera indépendante.

Selon M. Henderson, cette unification est une bonne nouvelle pour l’égalisation du financement des différentes divisions. On a constaté que certaines divisions ont une plus grande capacité à financer l'éducation que d’autres, a indiqué le directeur.

Cependant, il s’inquiète de la centralisation des décisions : À Winnipeg, il y a 250 écoles, environ 8000 enseignants et 100 000 élèves. Comment est-ce qu'un seul directeur peut gérer tout ça?

Nous avons vu, pendant la pandémie, qu’une voix locale était essentielle pour gérer les problèmes. Les divisions scolaires locales ont agi rapidement et mis en place des programmes d’aide pour répondre aux besoins de nos apprenants et de leurs familles, a ajouté M. Henderson.

Winnipeg, par exemple, est une ville complexe. Nous avons des quartiers avec beaucoup de nouveaux arrivants, d’autres où il y a de la pauvreté, certains avec de nombreux citoyens autochtones... Mettre toutes les divisions scolaires de la ville dans le même sac semble une stratégie difficile.

Il n’est pas le seul à se soucier de l’avenir de ces programmes. Qu'est-ce qui va arriver aux programmes d’aide alimentaire, de santé mentale, etc.? Il y a des endroits où il faut plus investir que d’autres pour assurer le succès des élèves! a déclaré la vice-présidente du conseil des commissaires de la division scolaire de Winnipeg, Jamie Dumont, à l'émission L'Actuel.

Le gouvernement a expliqué que l'unification des divisions scolaires permettra également de réduire les frais administratifs, une économie qui pourrait donc être réinjectée dans les salles de classe – mais peu significative, selon Mme Dumont.

Dans la division de Winnipeg, nos dépenses administratives représentent 2,7 % de notre budget total. Ce n’est pas très important quand on pense que notre budget annuel est de 420 millions de dollars.

Le projet de loi prévoit également de retirer les directeurs d’école et les directeurs adjoints du syndicat des enseignants, ce qui inquiète Matt Henderson. C’est vraiment important d’avoir une relation de proximité entre le directeur et les enseignants, dit-il. J’ai peur que leur retrait du syndicat cause des défis.

En définitive, Matt Henderson et Jamie Dumont ont rappelé que le bien-être et la réussite des élèves doivent être au cœur des réflexions. J’ai l’impression que les consultations ont été bien gérées. Je pense que toutes les voix ont été entendues et que le gouvernement a des objectifs et une vision, a déclaré M. Henderson.

Il y aura énormément de détails à examiner dans ce projet de loi, et il est un peu tôt pour connaître les étapes qui arrivent. L’important, c’est d'être capable de soutenir les élèves dans leur succès et de créer un programme scolaire accessible et équitable, a conclu Mme Dumont.

Avec les informations des émissions L'Actuel et Le 6 à 9

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !