•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mieux vaut miser sur l’effet de groupe pour faire respecter les règles sanitaires

Un groupe de gens marche sur un trottoir. Une personne est à vélo.

Des passants sur la rue Spring Garden, au centre-ville d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 19 novembre 2020.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Une personne est plus susceptible de suivre ce que font ses amis, plutôt que ses propres principes, lorsqu'il s'agit de respecter les règles sanitaires en temps de pandémie, montre une enquête internationale à laquelle ont participé des psychologues français, britanniques, allemands et américains.

Depuis le début de la pandémie, les autorités de santé publique de partout dans le monde ont lancé de nombreuses campagnes pour encourager les mesures sanitaires. Ces campagnes prônent surtout la responsabilité individuelle pour promouvoir la distanciation sociale, le port du masque et le lavage des mains pour faire respecter les règles de prévention.

Le rôle de l’influence sociale

Dans une enquête menée auprès de plus de 6500 personnes de 114 pays, les chercheurs ont voulu savoir dans quelle mesure celles-ci approuvaient et suivaient, ainsi que leur cercle social proche, les règles en vigueur dans leurs régions pour contrer la COVID-19.

Constat : le meilleur indicateur du respect des règles par une personne est le respect de ces mêmes règles par son entourage. Cette réalité a un effet encore plus fort que l'approbation des règles par les personnes elles-mêmes.

Cette réalité a été confirmée dans tous les groupes d'âge, sans différence entre les sexes, et dans tous les pays où l’enquête s’est déroulée, et ce, indépendamment de la gravité de la pandémie et de la force des restrictions.

Ces travaux mettent en évidence que les humains sont interdépendants et très affectés par ce que font les autres, expliquent les chercheurs français dans un communiqué publié par l’Université Clermont Auvergne.

De plus, l'adhésion des participants s'alignait également sur celle de leurs concitoyens, mais seulement si elles se sentaient profondément liées à leur pays.

De l’importance du groupe

Les auteurs pensent que pour réussir à faire respecter les mesures sanitaires, les responsables politiques doivent mettre l'accent sur les valeurs communes et exploiter l'influence sociale des amis proches et de la famille.

Ils estiment également qu’il est important d’inclure des spécialistes en comportement humain et social dans la planification des prochaines étapes de la réponse à la pandémie, comme la manière de s'assurer que les gens respectent les restrictions prolongées ou les recommandations de vaccination.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue British Journal of Psychology (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !