•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec repousse le couvre-feu à 21 h 30 en zone rouge

Le premier ministre Legault estime que tous les Québécois qui le désirent devraient avoir reçu leur première dose de vaccin d'ici le 24 juin.

Le premier ministre Legault en conférence de presse.

Le premier ministre Legault a annoncé de nouveaux assouplissements aux mesures sanitaires mardi.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le gouvernement Legault annonce de nouveaux assouplissements aux mesures sanitaires en vigueur, malgré la menace croissante des variants de la COVID-19, qui devraient représenter plus de la moitié des cas de contamination à la fin du mois d'avril, selon ses projections.

Ainsi, l'heure du couvre-feu en zone rouge passera de 20 h à 21 h 30 à compter de mercredi, a annoncé le premier ministre lors d'une conférence de presse à laquelle participaient également le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, mardi.

Cette nouvelle concerne environ 60 % des Québécois, soit tous ceux qui habitent à Montréal, à Laval, dans les Laurentides, dans Lanaudière et en Montérégie.

Le 26 mars, trois régions éloignées des grands centres (Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Côte-Nord et Nord-du-Québec) passeront quant à elle en zone jaune.

Dans ces régions, le couvre-feu sera aboli; deux familles pourront se rencontrer à la maison ou au restaurant; le télétravail ne sera plus obligatoire; et l'assistance maximale des lieux de culte, sauf exception, sera rehaussée à 250 personnes, a précisé le gouvernement par communiqué, promettant plus de détails d'ici la fin de la semaine.

Ça donne une idée d'où on s'en va, a illustré François Legault. Ce qu'on espère, évidemment, c'est que les zones rouges deviennent orange, et que les orange deviennent jaunes.

Des adolescents prennent une pause dans un parc enneigé.

Assouplissements au Québec : le gouvernement optimiste mais prudent

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le milieu de l'éducation pourra lui aussi souffler un peu la semaine prochaine. En zone orange, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire pourront se présenter en classe, à temps plein, à partir du 22 mars.

De plus, les salles de spectacles, qui ont déjà pu rouvrir en zone orange, pourront faire de même en zone rouge dès le 26 mars, au même titre que les cinémas.

Enfin, l'assistance maximale des lieux de culte en zone rouge passera ce jour-là de 10 à 25 fidèles, a rappelé le premier ministre.

La campagne de vaccination se poursuit

Le gouvernement Legault prévoit que, si l'approvisionnement en vaccins se déroule comme prévu, l'ensemble des personnes âgées de 65 ans et plus qui souhaitent être vaccinées contre la COVID-19 devraient l'avoir été d'ici le 15 avril.

Le premier ministre a même déclaré que tous les Québécois qui le désirent devraient avoir reçu leur première dose d'ici la Fête nationale, le 24 juin.

En attendant, le ministre Dubé a appelé les personnes récemment vaccinées – particulièrement celles qui vivent dans des résidences privées pour aînés – à contenir leur enthousiasme.

Quand les gens sont vaccinés, ils sont un petit peu trop joyeux, a-t-il lancé, sourire en coin, rappelant qu'il faut parfois attendre quatre semaines pour que l'immunisation souhaitée soit réelle.

À ce jour, 774 600 doses de vaccin anti-COVID ont été administrées au Québec, soit 9,1 % de la population, selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Un millier de pharmacies en zone rouge devraient par ailleurs se joindre à la campagne de vaccination dans les prochaines semaines. La prise de rendez-vous débutera dans la semaine du 29 mars en vue de la semaine du 5 avril, a fait savoir mardi Christian Dubé.

Par communiqué, le gouvernement a également confirmé après la conférence de presse que les personnes ayant un handicap physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme et [qui résident dans une ressource intermédiaire ou une ressource de type familial] pourront être vaccinées en priorité.

Il en va de même pour les personnes lourdement handicapées, qui le seront à domicile, a-t-on précisé.

La sortie publique d'une coalition de groupes, la semaine dernière, semble avoir fait bouger les choses.

Donner l'exemple

En ce qui a trait au vaccin d'AstraZeneca, dont l'utilisation a été suspendue par de nombreux pays européens, le ministre Dubé a admis que le gouvernement avait dû ajuster ses temps d'attente dans les lieux de vaccination afin de répondre aux nombreuses questions du public à ce sujet.

Cela dit, le premier ministre Legault a répété mardi qu'il n'hésitera pas à recevoir ledit vaccin si celui-ci lui est offert lorsque son tour viendra.

Quand ça va être mon tour, je n'aurai aucun problème à prendre n'importe lequel des trois vaccins.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Appelé à donner l'exemple tout de suite, le principal intéressé a expliqué qu'il n'avait que 63 ans et qu'une telle entreprise pourrait être mal perçue par les Québécois, allant même jusqu'à évoquer un excellent chanteur – Claude Dubois, en l'occurrence – conspué en 2009 pour avoir court-circuité une file d'attente afin de recevoir le vaccin contre la grippe H1N1.

Tant MM. Legault et Dubé que le Dr Arruda ont rappelé mardi que le vaccin d'AstraZeneca était aussi efficace que sécuritaire. Le ministre de la Santé, né en 1956, entrevoit d'ailleurs le recevoir lorsqu'il se fera vacciner à Montréal dans les prochains jours.

Plus tôt dans la journée, Québec avait signalé 561 nouveaux cas de COVID-19 et 8 décès supplémentaires.

Jusqu'ici, 522 cas de variants ont été confirmés dans la province. Mardi, le Dr Arruda a assuré que tous les nouveaux cas de COVID-19 étaient criblés afin de détecter la présence de variants.

Ceux-ci seront dominants au Québec d'ici un mois et demi, selon les experts consultés par le gouvernement.

Le Dr Arruda a donc insisté mardi pour dire qu'il fallait faire preuve de prudence afin d'éviter une troisième vague de COVID-19 comme celle qui déferle actuellement sur l'Ontario. Les requins vont finir par sortir de l'eau, a-t-il prévenu.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !