•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une partie de l’Est-du-Québec devrait virer au jaune à la fin mars

Paysage de la mer à Cap-aux-Os en Gaspésie.

La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine pourraient passer au palier d'alerte jaune à la fin mars (archives).

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Félix Lebel

Le premier ministre Legault devrait annoncer mardi soir un retour au palier d’alerte jaune pour la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord à la fin du mois. C’est ce que confirment des sources proches du gouvernement, qui disent toutefois que la décision finale pourrait changer d’ici là.

Ces informations, d'abord rapportées par La Presse, ont été confirmées par Radio-Canada.

Il est fort possible que le gouvernement mette fin au couvre-feu dans ces régions, tandis qu’il devrait être établi à 21 h 30 dans les zones rouges de la province.

Quant aux dispositions de la zone jaune, des rassemblements intérieurs en petits groupes pourraient être permis. Il n’est toutefois pas possible pour le moment de connaître les détails de cet allègement, qui seront précisés lors du point de presse du premier ministre Legault et du ministre de la Santé, Christian Dubé, à 17 heures.

Selon nos informations, les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire devraient également retourner en classe à temps plein en zone jaune et orange.

Des bouteilles d'alcool sont placées sur des tablettes à l'arrière d'un comptoir-bar.

En ce qui a trait aux bars, il n’est pas garanti qu'ils puissent rouvrir en zone jaune pour le moment (archives).

Photo : Courtoisie : Gino Di Domenico

Le Nord-du-Québec pourrait aussi être inclus dans cette annonce, tandis que le palier d’alerte de l’Abitibi-Témiscamingue est encore incertain.

Le Bas-Saint-Laurent, devrait, quant à lui, demeurer en zone orange.

Un bilan épidémiologique enviable

Les territoires qui devraient bénéficier d'un allègement des mesures sanitaires à la fin du mois profitent d’un bilan épidémiologique enviable par rapport à la majorité des autres régions de la province.

Durant la semaine dernière, soit du 7 au 13 mars, la Côte-Nord n’a recensé qu’un nouveau cas de COVID-19, tandis que la Gaspésie et les Îles en ont compté 25 supplémentaires.

Le nombre de cas actifs est aussi relativement faible comparativement au reste de la province.

En date du 15 mars, la Gaspésie et les Îles ne recensaient que 22 cas actifs de la COVID-19. La Côte-Nord n’en comptait quant à elle qu’un seul.

De plus, la proportion de la population vaccinée est plus élevée en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord que dans le reste de la province.

Soulagement et prudence

Les élus de l'Est-du-Québec se disent soulagés de ce que le gouvernement envisage de telles mesures.

La députée fédérale de Manicouagan, Marilène Gill, a réagi au micro de l’émission Bonjour la Côte mardi matin. Elle se réjouit de l’annonce à venir, mais appelle les citoyens à la prudence.

On l’attend depuis assez longtemps, malgré qu’on ne sache pas tous les détails de ce que ça voudra dire de passer au jaune, rappelle Mme Gill.

On s’entend que c’est une bonne nouvelle et il faut la souligner. Ce sera une belle journée pour les gens de chez nous.

Une citation de :Marilène Gill, députée de Manicouagan

Même soulagement du côté du maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, qui attendait cette annonce depuis un bon moment.

Enfin! Enfin un peu d’air pour la Côte-Nord, je pense que les citoyens le méritent grandement avec les résultats qu’on a depuis un bon moment. Maintenant, la question que tout le monde va se poser, c’est quelle sorte de jaune? [...] On espère un retour à ce qu’on avait avant les Fêtes.

Le maire de Sept-Îles dans son bureau.

Réjean Porlier estime que les Nord-Côtiers ont généralement bien respecté les consignes sanitaires et que le bilan épidémiologique de la région en témoigne (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Aux Îles-de-la-Madeleine, le maire Jonathan Lapierre voit cette annonce comme une bouffée d’air frais. Il souligne toutefois l’importance pour les citoyens de continuer à prendre toutes les précautions possibles pour éviter la prolifération des cas.

Je pense que le bilan sanitaire de nos régions respectives milite en notre faveur, d’assouplir les mesures et de permettre à nos citoyens de respirer un peu plus. D’un autre côté, ça ne veut pas dire que la pandémie est terminée, bien au contraire. Il faut continuer de respecter les mesures de base, souligne M. Lapierre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !