•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de l'Outaouais réitère sa confiance envers le vaccin d’AstraZeneca

Une fiole du vaccin d'AstraZeneca sortie de la boîte dans laquelle les fioles sont livrées.

La santé publique en Outaouais accorde son entière confiance à l'endroit du vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 (archives).

Photo : Reuters / Hannibal Hanschke

Radio-Canada

Alors que la confiance à l’égard du vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 s'effrite aux quatre coins du globe, la santé publique de l’Outaouais se veut rassurante.

Le Danemark, l’Autriche, l'Allemagne. Ce sont plus d’une quinzaine de pays qui ont temporairement suspendu l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca après que des cas de thromboses et d’embolie aient été rapportés.

Aucun lien de cause à effet n’a toutefois été démontré jusqu’ici.

En Outaouais, la méfiance se fait aussi sentir. Alors que la vaccination bat son plein dans la région, certains auraient aimé avoir le luxe de choisir le fabricant du vaccin qui leur est administré.

C’est le cas d’André Larose, un résident de l'Outaouais qui s’est récemment fait vacciner contre la COVID-19.

Un homme accorde une entrevue par visioconférence.

André Larose, un résident de l'Outaouais, a récemment reçu le vaccin d'AstraZeneca.

Photo : Radio-Canada

Si j’avais eu le choix, j'aurais probablement pris un autre vaccin, compte tenu du fait que le vaccin d’AstraZeneca a mauvaise presse, ces jours-ci, partage M. Larose, qui précise ne pas avoir eu de complication à la suite de la vaccination.

Je n’ai pas le choix. Je l’ai pris et je me porte bien.

Une citation de :André Larose, résident de l'Outaouais vacciné

Un vaccin sécuritaire, dit le CISSS de l'Outaouais

Pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, le cas de M. Larose est une preuve que le traitement est efficace. En point de presse, lundi, le CISSS de l’Outaouais a réitéré sa pleine et entière confiance envers le vaccin d’AstraZeneca.

La docteure lors d'un point de presse.

La Dre Carol McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de la Santé publique de l'Outaouais

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

C’est un bon vaccin. C’est un vaccin qui a été homologué par Santé Canada avec plusieurs étapes. C’est un vaccin qui est tout aussi efficace que les deux autres vaccins que nous utilisons depuis le mois de décembre. [...] Tous les vaccins qu’on utilise sont sécuritaires et efficaces, a indiqué la Dre Carol McConnery, médecin-conseil à la direction de la santé publique de l'Outaouais.

Jamais les experts ne permettraient la circulation ou la distribution d’un vaccin qui mettrait en danger la sécurité [des gens] ou qui ne serait pas assez efficace.

Une citation de :Dre Carol McConnery, médecin-conseil à la direction de la santé publique en Outaouais

Pas de raison de s'inquiéter, selon un expert de la région

Le microbiologiste et enseignant au Cégep de l’Outaouais, Patrick Fillion, se fait aussi rassurant sur la question du vaccin d'AstraZeneca. S’il semble y avoir un ou des lots qui ont été problématiques, ce ne serait pas le cas pour les doses acheminées vers le Canada jusqu’à maintenant, dit-il.

Un homme dans son laboratoire accorde une entrevue via visioconférence.

Patrick Fillion, microbiologiste et enseignant au Cégep de l'Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada

Nous, ce qu’on a reçu au Canada, ce ne sont pas ces lots-là [soupçonnés comme étant problématiques]. Si certains pays ont vu des problèmes ou suspectent des problèmes, je pense que c’est bien que l’on mette la vaccination avec ce vaccin-là sur pause, mais pour les autres pays comme le Royaume-Uni ou nous, au Canada, qui avons reçu des doses différentes ou d’un autre lot, je ne pense pas qu’il y ait de raison de s'inquiéter, estime le microbiologiste.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !