•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après un an de télétravail des fonctionnaires, Ottawa n'avance pas de date de retour

Portrait de l'homme lors d'une entrevue à la caméra.

Le député Steven MacKinnon.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Les fonctionnaires fédéraux entamaient, il y a un an jour pour jour, leur toute première semaine de télétravail en raison de la pandémie de COVID-19 qui commençait à sévir. Ottawa s’affaire désormais à préparer leur retour au travail au bureau, mais ne fixe pas de date et prévient que tout ne sera pas comme avant.

Ce sera lent, progressif et, surtout, sécuritaire, a résumé en entrevue Steven MacKinnon, député fédéral de Gatineau et secrétaire parlementaire pour la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

Il ne s’est pas risqué à avancer une date pour ce retour en personne ardemment attendu par plusieurs, mais a tout de même donné quelques indices du scénario qui se profile.

Il n’y aura pas pour bientôt un retour total des employés. On peut imaginer qu’une partie de ceux-ci vien[dront] le lundi ou le mardi et d’autres le mercredi, et ainsi de suite, a-t-il dit au cours d’un entretien accordé à ICI Ottawa-Gatineau dans l’un des immeubles de la Place du Portage.

Le vaste complexe, l’un des plus grands du fédéral au pays, n’accueille ces jours-ci que 300 employés en moyenne, chaque jour, selon les chiffres fournis par Services publics et Approvisionnement Canada. Cela représente moins de 3 % des 11 500 fonctionnaires qui fréquentent normalement ces bureaux.

Un panneau de direction dans un immeuble, avec le drapeau canadien en arrière-plan.

La Place du Portage, un des plus grands complexes fédéraux au pays, n’accueille ces jours-ci que 300 employés en moyenne, chaque jour, selon les chiffres fournis par Services publics et Approvisionnement Canada.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

À chaque ministère de choisir

M. MacKinnon a expliqué que chacun des ministères et organismes gouvernementaux ne rouvrira pas forcément ses bureaux au même moment que les autres.

Les sous-ministres de ministères vont devoir décider eux-mêmes dans chacun des organismes fédéraux quant au retour [...] progressif, a-t-il soutenu.

Quant à la possibilité que certains fonctionnaires ne remettent plus jamais les pieds au bureau puisque leur travail pourrait être fait entièrement à distance, l'élu fédéral en doute fort.

Il faut quand même une appartenance. Il faut se rencontrer pour diverses raisons, mais évidemment, le télétravail va continuer de faire partie [...] des possibilités qui s’offrent aux fonctionnaires, a-t-il répondu.

Je pense que, dans bien des cas, ce sera à la discrétion même de l’employé. On peut envisager un monde où le gestionnaire va dire : "Dites-moi les jours où on peut planifier des rencontres en personne et travailler en équipe".

Une citation de :Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

À ses yeux, les bureaux post-COVID-19 ne seront pas si différents que ceux prévus au plan de modernisation sur lequel misait déjà le fédéral avant la pandémie. Ainsi, les centres de cotravail pourront jouer un rôle important, estime-t-il.

[Ce sont comme] des bureaux de quartiers qui sont horizontaux et qui peuvent accommoder divers ministères, des équipes mixtes à travers les ministères, a-t-il ajouté.

Optimiste pour la vitalité du centre-ville

Le secrétaire parlementaire s’est par ailleurs montré convaincu que les commerçants du centre-ville de Gatineau pourront compter sur un retour des fonctionnaires pour regarnir les rangs de leur clientèle fortement amputée.

Là-dessus, je suis plus optimiste que je l’étais, a-t-il lancé.

Je pense qu’on peut envisager des jours meilleurs et même meilleurs qu’avant la pandémie, s’est-il avancé, mentionnant les travaux de réfection du complexe des Terrasses de la Chaudière, qui, selon lui, attireront à terme plus de fonctionnaires dans le quartier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !