•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un test rapide négatif pour voir un concert : une première canadienne à Ottawa bientôt

La méthode utilisée par les organisateurs de concert à Ottawa sera quelque peu différente, car il faudra présenter les résultats du test sur son cellulaire.

Une femme présente un test de COVID-19 négatif avant d'assister à un concert organisé en Angleterre, le 23 février 2021.

Photo : Getty Images / Finnbarr Webster

Exiger un résultat de test rapide de l'antigène COVID-19 négatif pour voir un spectacle : c’est la formule que le Centre national des arts (CNA) et le Bluesfest mettront à l’essai le 27 mars, à Ottawa. Il s’agira d’une première au pays.

Le groupe ottavien The Commotions foulera la scène sur le site du parc Lansdowne lors de ce concert extérieur, intitulé The Long Road Back, dont l’accès sera limité à 100 personnes. Il ne sera pas nécessaire d’être un résident d’Ottawa pour assister à la prestation de la formation aux sonorités soul et Motown, mais la marge de manœuvre sera bien mince pour les résidents de l’Outaouais, qui doivent toujours respecter le couvre-feu de 21 h 30 en vigueur en zone orange : le spectacle, d’une durée de 75 minutes, débutera à 20 h.

En s’inspirant de festivals au Royaume-Uni, en Allemagne et en Australie, l'Ontario Festival Industry Taskforce (OFIT), groupe de travail réunissant des intervenants de l’industrie, a décidé de recourir à ces résultats de tests rapides de l’antigène COVID-19 dans le but de relancer les arts de la scène tout en réduisant le risque de contamination.

Il faut faire bouger les choses. Il s’agit d’une première étape afin de pouvoir recommencer à présenter des spectacles sur une base régulière, fait valoir le directeur général du Bluesfest et président de l’OFIT, Mark Monahan.

« On commence avec quelque chose de modeste qui va, espérons-le, nous mener vers des événements de plus grande envergure cet été et cet automne. »

— Une citation de  Mark Monahan, directeur général du Bluesfest et président de l’Ontario Festival Industry Taskforce

Présenter un résultat négatif audit test sera un ajout aux autres mesures en place, dont la distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque. C’est une mesure rehaussée de santé et de sécurité pour ce concert-là, résume la directrice principale de l’expérience visiteurs du CNA, Robyn Gilchrist.

Table de quatre à prévoir

Lorsqu’ils achèteront leur billet, les spectateurs recevront par courriel un hyperlien qui leur permettra de réserver une plage horaire dans une pharmacie Shoppers Drug Mart partenaire. Ils devront y passer un test de dépistage dans les 48 heures précédant le concert, soit entre 15 h 30 le 25 mars et 15 h 30 le jour même du spectacle.

Ce test rapide – moins intrusif que celui avec écouvillon nasal, précise Mme Gilchrist – sera compris dans le prix d’entrée (100 $ par table de quatre personnes). Les détenteurs de billets recevront leur résultat sur leur téléphone intelligent par le biais d’une application préalablement téléchargée.

Une fois au parc Lansdowne, les spectateurs devront répondre à un questionnaire en plus de montrer leur billet et leur résultat. Ils assisteront ensuite au spectacle, par bulle de quatre, assis à leur table.

Bientôt dans une salle près de chez vous?

Mettre à l’essai un nouveau modèle comme celui-ci est une nécessité à l’approche de la saison des festivals, ajoutent M. Monahan et Mme Gilchrist, qui anticipent que d’autres diffuseurs canadiens pourraient reproduire l’expérience.

En plus de rassurer le public sur la sécurité dans les événements culturels, ce test fournirait une preuve aux instances gouvernementales et aux décideurs qu’il est possible de tenir de tels événements en sécurité. C’est du moins ce que souhaitent les organisateurs de la soirée du 27 mars.

En Ontario, en vertu de la loi provinciale, pas plus de 100 personnes peuvent participer à des rassemblements extérieurs en ce moment.

On ne sait pas vraiment comment la santé publique va réagir à ces choses-là, s’ils vont voir une démonstration comme celle qu’on va faire le 27 mars et se dire : "Peut-être qu’on peut inviter plus de 100 personnes la prochaine fois". Ça va être à voir, mais il faut commencer à remettre les gens au travail et recommencer ces événements-là petit à petit pour voir comment on peut le faire en toute sécurité, conclut Robyn Gilchrist.

Pour y aller :

The Long Road Back de The Commotions
Le 27 mars, 20 h
Plaza du Casino du Lac-Leamy du parc Lansdowne
Billets : ofitaskforce.ca

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !