•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À qui profite la hausse du prix du bois d’œuvre?

Des piles de bois d'œuvre.

Le prix des matériaux de construction est en hausse depuis plusieurs mois (archives).

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Le prix du bois d'œuvre a fortement augmenté au cours des derniers mois, mais peu de producteurs ont vu la couleur de cet argent.

Wilfrid Fougères possède des lots à bois depuis 45 ans. Comme plusieurs, il a constaté la hausse du prix des matériaux durant l’été dernier. Nous, dit-il, on a augmenté de... je ne sais pas, de quelques dollars. Il y a quelqu'un qui fait de l’argent quelque part.

Pas beaucoup parmi les producteurs, selon Vincent Miville, directeur général de la Fédération des producteurs forestiers du Québec. On n’a pas constaté que l’argent a percolé dans l’ensemble du système, dans l’ensemble des intervenants du secteur. Il y a peut-être eu des hausses chez certains producteurs forestiers, mais certainement pas de l’ampleur qu’il y a eu chez les scieurs par exemple, commente M. Miville.

Wilfrid Fougères en entrevue.

Wilfrid Fougères, propriétaire de lots à bois.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Wilfrid Fougères aimerait avoir sa part du gâteau. Présentement, on vend le prix d’il y a 20 ans. Ça veut dire qu’à un moment donné, il faut qu’il y ait une augmentation, surtout pour les jeunes et ainsi de suite.

Le Parti québécois demandera, mardi, la tenue d'une commission parlementaire sur un meilleur encadrement de l’industrie forestière.

Le porte-parole péquiste en matière de forêt et député de Bonaventure, Sylvain Roy, souhaite que le gouvernement se penche, entre autres, sur une meilleure répartition des richesses forestières pour, aider les propriétaires privés à gagner leur vie décemment.

Même si la bulle du prix élevé du bois d’œuvre a le temps de s’essouffler d’ici la tenue d’une hypothétique commission parlementaire, les règles qui régissent la forêt méritent d’être dépoussiérées et ajustées au contexte actuel, estime le professeur en politique forestière, Luc Boutillier.

D'après les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !