•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 3e vague a débuté en Ontario, selon l’association des hôpitaux

Des éprouvettes de dépistage de la COVID-19 dans un laboratoire.

Le laboratoire de dépistage de la COVID-19 à la Cité-de-la-Santé à Laval.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Une troisième vague de COVID-19 a déjà débuté en Ontario, et elle est causée par les nouveaux variants du SRAS-CoV-2.

C’est ce qu’affirme l’Association des hôpitaux de l’Ontario dans une publication sur Twitter, lundi. La publication précise que le nombre de personnes aux soins intensifs dans la province augmente rapidement.

De plus, le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, ainsi que sa consœur de Toronto, la Dre Eileen de Villa, ont suggéré qu’une troisième vague de cas de COVID-19 était à nos portes - si elle n’avait pas déjà débuté.

Ces experts font ces affirmations une semaine à peine après la fin de l’ordre de rester à la maison pour les régions de Toronto et de Peel, entre autres.

Nous sommes présentement dans la troisième vague. Les données viennent de la table de concertation scientifique sur la COVID-19 de l’Ontario. En raison de l’augmentation rapide du nombre de cas provenant de nouveaux variants et le nombre de personnes aux soins intensifs (près de 350 aujourd’hui), le respect strict des mesures sanitaires est urgemment nécessaire pour s’assurer que les hôpitaux ne soient pas submergés, peut-on lire dans le fil Twitter de l’Association des hôpitaux.

Une toute nouvelle pandémie

En point de presse, lundi après-midi et moins d’une heure après la publication de l’Association, la médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre de Villa, a affirmé qu’un tel scénario était à nos portes. Je peux vous assurer que nous sommes en transition vers une toute nouvelle pandémie, a-t-elle déclaré, faisant référence aux nouveaux variants.

La Dre Eileen de Villa en point de presse.

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, suggère que de nouvelles restrictions sanitaires pourraient déjà être y imposées. (Archives)

Photo : CBC/Evan Mitsui

C’est notre espoir sincère qu’on puisse travailler ensemble afin d’éviter [la troisième vague]. [...] La distanciation fonctionne. Limitez vos interactions [avec les autres].

Il est d’ailleurs probable qu’elle impose de nouvelles restrictions sanitaires dans la Ville Reine. Ici à Toronto, la propagation des nouveaux variants soulève la question : "Que faisons-nous maintenant?" Une décision sera prise cette semaine.

Certains magasins et centres commerciaux de Toronto ont pu rouvrir le 8 mars pour la première fois en plus de 100 jours.

Dans le bas d’une troisième vague

Plus tard en après-midi et durant un point de presse distinct, le Dr Williams, de son côté, a souligné que le nombre de cas liés aux nouveaux variants augmentait rapidement. Ils se propagent très rapidement et la période d’incubation est plus courte.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, répond à une question lors d'une conférence de presse du gouvernement.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, se dit inquiet de la propagation rapide des nouveaux variants. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le Dr [Adalsteinn] Brown et la Table de concertation scientifique nous avaient avertis. Les chiffres sont en hausse.

Le médecin hygiéniste en chef faisait référence aux projections de modélisation dévoilées par le Dr Brown et son équipe la semaine dernière. Celui-ci expliquait que le nombre de cas était en hausse et que cette situation était directement liée aux assouplissements des mesures de santé publique, à l'augmentation des déplacements et à la propagation de variants.

Le Dr Williams a suggéré qu’il était toujours temps de freiner l’élan de cette nouvelle augmentation du nombre de cas de COVID-19 dans la province.

Nous sommes dans le bas d’une troisième vague. Qu’est-ce que ça signifie? Ça reste à voir.

Une citation de :Le Dr David Williams

Il reste à déterminer s’il s’agit d’une petite ondulation, une petite vague ou une plus grande, a-t-il conclu.

Le ministère de la Santé a répertorié un total de 1184 cas des nouveaux variants du SRAS-CoV-2 depuis le début de la pandémie.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !