•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’application Clubhouse s'attaque aux problèmes de confidentialité

L'icône de l'application, qui montre le profil d'un homme, sur un écran d'iPhone.

L'application audio Clubhouse, sur invitation seulement, gagne de plus en plus d'adeptes partout dans le monde.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le populaire réseau social audio sur invitation Clubhouse a annoncé lundi la mise à jour de ses politiques de confidentialité après avoir été vivement critiqué par des spécialistes de la cybersécurité.

Parmi les mesures annoncées, on compte le fait que Clubhouse ne vous contraindra plus de l’autoriser à accéder à votre liste de contacts iPhone et Twitter afin d’inviter des personnes sur la plateforme.

L’application est montrée du doigt par des activistes pour la vie privée pour cette façon détournée de collecter des données sur des personnes qui ne souhaitent pas nécessairement rejoindre le réseau social.

Les utilisateurs et utilisatrices n’ont désormais qu’à inscrire un numéro de téléphone pour inviter une personne à rejoindre l’application.

Selon ce qu’a indiqué dimanche sur Clubhouse Paul Davison, le directeur de la société, les internautes qui souhaitent rétracter l’autorisation donnée à l’application d’accéder à leurs contacts peuvent faire une requête pour que les données récoltées soient supprimées. Un outil est en développement pour que les utilisateurs et utilisatrices puissent le faire à même la plateforme.

D’autres fonctionnalités

Clubhouse, qui célèbre le 17 mars prochain sa première année d’activité, a profité de sa tribune sur l’application dimanche pour dévoiler quelques nouveautés. À la demande générale, le service permet désormais le partage d’URL vers des profils et des clubs, et les invitations à rejoindre les groupes peuvent provenir de ces derniers plutôt que d’individus.

L’époque où l'algorithme vous suggérait des salons de discussions dans une langue que vous ne maîtrisez pas est maintenant révolue : le réseau social a mis en place des filtres linguistiques pour mieux cibler, selon votre utilisation de l’application, vos préférences de langue.

Les internautes peuvent également compter sur de nouveaux outils pour signaler les abus de la part d’autres adeptes du réseau social, en plus de pouvoir supprimer des contacts de leur profil.

Les créateurs et créatrices de contenus ne sont pas en reste. Clubhouse a annoncé miser sur son accélérateur Creator First, qui sélectionnera 20 personnes pour l'aider à développer leur auditoire et monétiser leurs échanges sur l’application.

Après que ses concurrents Facebook et Twitter ont dévoilé plancher sur des plateformes audio, Clubhouse a tout intérêt à faire des efforts afin de garder sa place de choix dans cet univers en pleine croissance.

Avec les informations de The Verge, et Engadget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !