•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec investit 5 millions de dollars dans la cathédrale d'Amos

Pierre Roch, président de la Fabrique Sainte-Thérèse-d'Avila, la députée Suzanne Blais et Ghislain Roy, président de la Fondation Héritage de la cathédrale sourient à la caméra.

Pierre Roch, président de la Fabrique Saint-Thérèse-d'Avila, la députée Suzanne Blais et Ghislain Roy, président de la Fondation Héritage de la cathédrale.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Le gouvernement du Québec investit 5 millions de dollars pour la conservation et la mise en valeur de la cathédrale Sainte-Thérèse-d'Avila d’Amos.

Suzanne Blais, députée d’Abitibi-Ouest, était de passage à la cathédrale lundi matin afin d’en faire l’annonce.

Les travaux seront principalement consacrés à la restauration du revêtement extérieur du bâtiment, de la fenestration et des portes.

Un message vidéo de François Legault est diffusé dans la Cathédrale d'Amos. La députée Suzanne Blais porte un couvre-visage et regarde l'écran.

Le premier ministre, François Legault, avait préparé un message pour les personnes présentes à la conférence de presse.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Mme Blais estime que ce projet s'inscrit bien dans les efforts du gouvernement de relancer l'économie des régions à la suite de la pandémie.

C’est [un projet de restauration] vraiment le bienvenu. Au niveau économique, on sait que, l’entrepreneur, c’est quelqu’un de l’extérieur, mais les produits, tout ce qu’on peut aller chercher localement et en région, on va le faire , a-t-elle indiqué.

Le président de la Fabrique Sainte-Thérèse-d'Avila d'Amos sourit fièrement à l'intérieur de la cathédrale.

Pierre Roch, président de la Fabrique Sainte-Thérèse-d'Avila d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Pierre Roch, président de la Fabrique d'Amos et responsable du projet de restauration de la cathédrale, s'est montré émotif lors du dévoilement du montant de l'investissement. Il affirme que les travaux permettront de préserver l'intégrité du bâtiment pour de nombreuses années.

Je ne m’attendais sûrement pas à un montant aussi élevé. Cinq millions, ça va nous permettre de couvrir tous les frais pour la restauration de l’enveloppe extérieure de la cathédrale -Pierre Roch, président de la Fabrique d’Amos La dégradation avancée des blocs de béton nous oblige à les remplacer au complet. Les fenêtres aussi vont être restaurées. Il y a aussi une partie du dôme, la base du couronnement, qui est faite en cuivre, qui va être remplacée parce qu’il y a des infiltrations d’eau. On veut s’assurer de conserver l’intérieur intact , précise-t-il.

Le processus d’appel d’offres étant bien avancé, M. Roch a bon espoir que les travaux pourront s’amorcer d’ici la fin du printemps.

Selon les plans et devis, les travaux devraient s'échelonner sur 24 mois. On devrait être prêts pour célébrer le 100e anniversaire de la cathédrale le 15 juillet 2023 , conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !