•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche au crabe : l’industrie espère une saison hâtive et plus lucrative

Des bateaux de pêche remisés sur la terre ferme pour l'hiver.

L'industrie du crabe espère une saison de pêche hâtive cette année grâce à l'appui des brise-glace.

Photo : CBC/Alexandre Silberman

Radio-Canada

La pêche au crabe au Nouveau-Brunswick devrait commencer plus tôt que d’habitude cette saison, ce qui peut améliorer sa rentabilité et réduire les risques pour la baleine noire de l’Atlantique Nord.

Des brise-glace de la Garde côtière et d’entreprises privées ont commencé à dégager en fin de semaine les eaux dans les environs de Shippagan et de Caraquet.

L’ouverture hâtive de la pêche permettrait aux pêcheurs de déposer leurs casiers en mer avant l’arrivée des baleines dans le golfe du Saint-Laurent, indique le président de l'Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick, Gilles Thériault.

Gilles Thériault est assis à son bureau

Gilles Thériault, président de l'Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

M. Thériault souligne que la saison est courte et que chaque crabe capturé est important pour les retombées économiques de l’industrie dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Les intervenants s’attendent à ce que la saison de pêche commence en avril, jusqu’à quatre semaines plus tôt que d’habitude. Comme la saison dure jusqu’en juin, la présence des baleines entraîne la fermeture de zones de pêche.

Espoir d’une meilleure saison qu’en 2020

Le début hâtif de la pêche pourrait améliorer sa rentabilité comparativement à la saison 2020.

Les pêcheurs n’ont pu capturer 11 % de leur quota l’an dernier. La valeur de ces crabes qui sont restés dans l’eau est estimée de 40 à 50 millions de dollars. C’était une perte pour toute la communauté, explique Gilles Thériault.

Le prix du crabe est resté stable malgré le contexte de la pandémie. Environ 85 % des prises ont été vendues au détail, ce qui a compensé la baisse des ventes dans les casinos et restaurants aux États-Unis.

L’industrie s’attend à ce que le prix du crabe cette année atteigne son plus haut niveau, explique M. Thériault. Le prix variait de 4 $ à 4,50 $ à la fin de la dernière saison.

L'Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick demande depuis plusieurs années aux autorités fédérales de déployer des brise-glace dans le secteur. Ces opérations jusqu’à présent n’étaient pas spécifiquement destinées à aider les pêcheurs.

Les pêcheurs de la Péninsule acadienne sont reconnaissants pour la présence des brise-glace, selon Gilles Thériault.

Éviter la baleine noire de l’Atlantique Nord

Plus la pêche se déroule tôt, moins il y a de risques que des baleines s’empêtrent dans les cordages, indique Gilles Thériault.

L’industrie espère pouvoir capturer la grande majorité de son quota avant l’arrivée des baleines, dit-il.

La baleine noire de l’Atlantique Nord passe l’hiver au large de la Floride et de la Georgie et retourne dans les eaux du golfe du Saint-Laurent et de la baie de Fundy vers la fin de mai.

Les deux baleines nagent à la surface de la mer.

Une baleine noire de l'Atlantique Nord et son baleineau, en janvier 2021.

Photo : Gracieuseté/Florida Fish and Wildlife Conservation Commission's Fish and Wildlife Research Institute

Il s’agit d’une espèce menacée. Il ne resterait qu’un peu plus de 350 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, selon des estimations récentes. L’empêtrement dans des cordages de pêche et les collisions avec des navires sont les principales causes de morts prématurées de ces mammifères marins.

La présence des baleines est stressante pour les pêcheurs qui doivent souvent déplacer leurs casiers par conséquent, ajoute M. Thériault. La pêche est interdite dans les secteurs où elles sont signalées. Cela oblige parfois les pêcheurs à quitter les meilleures zones de pêche.

Il y a moins de glace que d’habitude dans le golfe en raison des conditions météorologiques plus clémentes de cet hiver, mais il en reste le long des côtes et à l’entrée du goulet de Shippagan.

Les brise-glace devraient être à l’oeuvre pendant deux semaines, avant l’ouverture de la saison au début d’avril.

D’après un reportage d’Alexandre Siberman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !