•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine est balayée par sa pire tempête de sable en dix ans

Une femme fait du vélo  à Pékin.

Une femme fait du vélo dans une rue pendant une tempête de sable à Pékin, le 15 mars 2021.

Photo : Getty Images / NOEL CELIS

La Presse canadienne

La capitale de la Chine et une vaste portion du nord du pays ont été balayées lundi par la pire tempête de sable des dix dernières années, ce qui a notamment entraîné l'annulation de centaines de vols.

Des gratte-ciel ont été effacés par le sable et la poussière au centre-ville de Pékin. La circulation automobile a été paralysée et quelque 400 vols annulés par les vents forts et la faible visibilité dans les deux aéroports de la ville.

Le Centre national de météorologie a expliqué lundi que la tempête a pris naissance dans le désert de Gobi, en Mongolie-Intérieure, où on a recommandé la fermeture des écoles et accentué le service d'autobus pour réduire l'exposition de la population au mauvais temps.

Une femme marchant dans une rue déserte à Pékin.

Ces tempêtes de sable se produisent souvent au printemps quand le sable des déserts de l'Ouest souffle vers l'est.

Photo : Reuters / THOMAS PETER

De telles tempêtes se développent régulièrement au printemps, quand le sable provenant de déserts dans l'Ouest est soufflé vers l'est, touchant des régions aussi éloignées que le nord du Japon.

Une campagne massive de plantation d'arbres et d'arbustes a réduit les conséquences dans d'autres secteurs du pays au cours des dernières années, mais l'expansion des villes et des industries, les mines à ciel ouvert et le surpâturage accentuent la pression sur l'environnement à travers la Chine.

Avec son mélange de déserts et de steppes herbeuses, la Mongolie-Intérieure est particulièrement vulnérable aux événements météorologiques extrêmes associés à l'exploitation des ressources.

Pékin est sous un épais nuage de smog.

Pékin a suspendu les activités sportives extérieures dans les établissements scolaires et a conseillé aux personnes souffrant de problèmes respiratoires de rester à l'intérieur.

Photo : Reuters / TINGSHU WANG

Comme la COVID-19, qui proviendrait des chauves-souris et d'autres animaux sauvages, les tempêtes de sable soulignent l'importance de respecter la nature, a dit Zhou Jinfeng, le secrétaire général de la Fondation chinoise pour la conservation de la biodiversité et le développement vert.

Avec la pandémie, c'est une autre leçon importante que nous devons apprendre et changer nos comportements, a dit M. Zhou.

Le Centre national de météorologie prévoyait que la tempête toucherait 12 provinces et régions, du Xinjiang loin au Nord-Ouest jusqu'au Heilongjiang dans le Nord-Est et la ville portuaire de Tianjin, dans l'est du pays.

C'est la pire tempête de sable que notre pays a vue en dix ans, et elle recouvre aussi la plus grande superficie, a indiqué le centre sur son site internet.

On ne sait pas si la tempête est associée à un déclin récent de la qualité de l'air, en dépit des efforts de Pékin pour combattre le smog.

Le bâtiment de CCTV et le Central Business District à Pékin pendant la tempête de sable.

Le bâtiment de CCTV et le Central Business District à Pékin pendant la tempête de sable.

Photo : Getty Images / Kevin Frayer

Le Parti communiste au pouvoir a promis de réduire les émissions polluantes par unité de production économique de 18 % au cours des cinq prochaines années.

Les écologistes estiment que la Chine doit faire plus pour se départir d'une dépendance envers les centrales énergétiques au charbon qui en fait la pire émettrice mondiale de gaz à effet de serre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !