•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les communautés autochtones du Manitoba tirent des leçons d’une année de pandémie

Chargement de l’image

Les Autochtones du Manitoba ont été durement touchés par la deuxième vague de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Radio-Canada

Douze mois après l’arrivée de la COVID-19 au Manitoba, les représentants des communautés métisses et des Premières Nations de la province dressent chacun leur bilan de la pandémie dans leur communauté. Les Métis se disent frustrés tandis que les Premières Nations sont globalement satisfaites des actions prises durant la crise sanitaire.

Nous sommes laissés à nous-mêmes , lance le président de la Fédération métisse du Manitoba (MMF), David Chartrand.

Un an après le début de la pandémie, il garde un goût amer et a l’impression que sa communauté a été laissée pour compte. Selon lui, le gouvernement provincial n’a été d’aucun soutien aux 125 000 membres de la MMF et il affirme que l’organisation a dû bâtir elle-même des moyens de prévention et de communication pour sensibiliser les gens aux dangers de la COVID-19 au sein des populations métisses.

Près de la moitié de la communauté métisse du Manitoba vit en milieu rural et cette population est plus durement touchée par la COVID-19, selon la MMF.

De l’aide a été apportée aux Premières Nations et aux Inuits. Nous avons été mis de côté par la province, bien que nous vivions à quelques pas des réserves des Premières Nations, affirme David Chartrand.

La MMF s’était déjà plainte de ne pas faire partie des populations autochtones prioritaires dans l’obtention des vaccins et avait même menacé d’acheter elle-même des doses auprès de compagnies pharmaceutiques.

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, dit qu’il est en partie satisfait du plan de vaccination d’urgence et de l’aide gouvernementale dans les Premières Nations de la province.

Il reste néanmoins encore inquiet de la tendance actuelle dans les Premières Nations du nord, surtout dans les communautés où le nombre de cas de COVID-19 continue de grimper, notamment à cause de la surpopulation des foyers.

Tout comme David Chartrand, il souligne que la pandémie a mis en exergue des problèmes majeurs déjà existants dans sa communauté comme le manque d’accès aux soins de santé et aux ressources primaires.

Nous avons été trop réactifs, constate-t-il. Il faut plus que de l’argent pour passer à travers une pandémie. Il faut premièrement résoudre d’autres problèmes associés.

Vendredi, le Manitoba a annoncé sa volonté d'intensifier son effort de vaccination dans les Premières Nations de la province avec la livraison de 100 000 doses dans les communautés au cours des 100 prochains jours.

Avec les informations de Camille Kasisi-Monet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !