•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Zélande a « le devoir » d'aider la communauté musulmane, dit Jacinda Ardern

Jacinda Ardern.

Jacinda Ardern a été largement saluée pour la compassion dont elle a fait preuve à l'égard des survivants et des familles des victimes de la fusillade et pour sa décision rapide de renforcer le contrôle des armes à feu en Nouvelle-Zélande à la suite de la tragédie.

Photo : AP / Mark Tantrum

Agence France-Presse

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a déclaré samedi lors d'une émouvante cérémonie marquant les deux ans des attaques de la mosquée de Christchurch que le pays avait « le devoir » de soutenir sa communauté musulmane.

Des centaines de personnes ont assisté à cette cérémonie, qui s'est déroulée dans un contexte de sécurité renforcée, pour se souvenir des 51 personnes tuées et des dizaines blessées par un tireur lourdement armé qui avait ouvert le feu dans deux mosquées le 15 mars 2019.

Temel Atacocugu, touché neuf fois au visage, aux bras et aux jambes, a pleuré en se rappelant avoir attendu d'être soigné avec le père du petit Mucaad Ibrahim, âgé de trois ans, et d'avoir appris que le bambin était mort.

Soudain, ma douleur semblait insignifiante, a-t-il dit.

Mme Ardern, qui a été largement saluée pour la compassion dont elle a fait preuve à l'égard des survivants et des familles des victimes de la fusillade et pour sa décision rapide de renforcer le contrôle des armes à feu en Nouvelle-Zélande, a déclaré que les mots, malgré leur pouvoir de guérison, ne changeraient jamais ce qui s'est passé.

Des hommes, des femmes et des enfants ont été pris dans un acte de terreur. Les mots n'effaceront pas la peur qui s'est abattue sur la communauté musulmane, a-t-elle déclaré, ajoutant que l'héritage devrait en être une nation plus inclusive, une nation qui est fière de sa diversité, qui la chérit et qui, quand c'est nécessaire, la défend avec acharnement.

Kiran Munir, dont le mari, Shaheed Haroon Mahmood, a été tué dans l'attaque, a déclaré pendant la cérémonie que la meilleure vengeance était de ne pas être comme l'ennemi. Nous apprenons à nous relever avec dignité et à aller de l'avant du mieux que nous pouvons.

Le tireur, un suprémaciste blanc autoproclamé, avait été arrêté quelques minutes après les attaques contre la mosquée d'Al Noor et le centre islamique de Linwood.

Il a plaidé coupable de 51 chefs d'accusation de meurtre, 40 de tentative de meurtre et un de terrorisme. Il a été condamné l'an dernier à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, une première en Nouvelle-Zélande.

La semaine dernière, un homme de 27 ans a été arrêté par la police à Christchurch et inculpé pour des menaces de mort visant les deux mêmes mosquées.

Pendant la cérémonie, des policiers armés étaient postés à l'extérieur du lieu et un chien renifleur vérifiait les sacs des personnes entrant dans le bâtiment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !