•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naissance d’un gibbon à mains blanches au zoo du parc Assiniboine

Un gibbon à mains blanches avec son nouveau-né

Le bébé n’a pas encore de nom et son sexe est toujours inconnu.

Photo : Zoo du parc Assiniboine

Alexia Bille

Au zoo du parc Assiniboine, un petit gibbon à mains blanches est venu agrandir la famille de Maya et Samson le mercredi 10 mars.

Le zoo précise dans un communiqué que Maya et son bébé se portent bien et qu’ils profitent d’un peu d’intimité, à l'abri des regards des visiteurs, mais sous l'œil attentif de l’équipe de soins. Ils devraient réintégrer leur habitat intérieur habituel très bientôt.

Le sexe du bébé n'est pas encore connu, car le personnel adopte une approche "non interventionniste" et n'examinera le bébé que si nécessaire, ajoute le communiqué.

Les gibbons à mains blanches sont une espèce menacée, principalement en raison de la perte d'habitat, et cette naissance est donc une chose à célébrer, se réjouit le directeur principal des soins et de la préservation des animaux, Grant Furniss.

La chasse et la déforestation dues à la production d’huile de palme sont responsables de la diminution du nombre de gibbons à mains blanches.

Ces singes qui vivent dans les forêts tropicales humides d'Asie du Sud-Est sont parmi les primates les plus rapides qui existent grâce à leurs longs bras qui leur permettent de se balancer entre les branches.

Le zoo du parc Assiniboine n’en est pas à sa première naissance de gibbons à mains blanches. Maya est née au zoo en janvier 2011, ainsi que Chan, le père de Samson, en 1992. Maya et Samson avaient également déjà donné naissance à Salju, le 4 février 2019.

Les deux parents avaient été jumelés sur recommandation du programme Plan de survie des espèces de l'Association des zoos et aquariums.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !