•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des examens médicaux deux fois plus chers pour les immigrants à Québec

La Polyclinique de la Capitale, à Québec, vue de l'extérieur

La Polyclinique de la Capitale est située aux abords de l'autoroute 40 (archives).

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Les immigrants de Québec sont-ils victimes d’un monopole en médecine? Plusieurs personnes sont convaincues que oui. Radio-Canada a découvert que le seul médecin autorisé à faire des examens médicaux d’immigration dans la capitale facture environ le double de ses homologues établis à Montréal.

En novembre 2019, Gaétan de Bruyn, sa femme et leurs deux enfants ne sont plus très loin d’obtenir leur résidence permanente au Canada. La petite famille d’origine belge trépigne d’impatience.

L’une des dernières étapes est de subir un examen médical d’immigration. Le but est de s’assurer que les immigrants sont en bonne santé et ne seront pas un fardeau pour le système canadien s’ils sont acceptés.

M. De Bruyn obtient donc un rendez-vous à la Polyclinique de la Capitale avec le Dr Jean Tremblay. Il est l’un des 17 médecins autorisés par le gouvernement fédéral à faire ce type d’examen au Québec, mais le seul hors de Montréal.

La facture est salée : environ 1600 $ pour la famille. À l’époque, M. De Bruyn ne se pose pas trop de questions.

À partir du moment où tu es dans une procédure officielle - et on s'entend, tu t'adresses à un médecin - tu te dis que tous ces prix-là sont les mêmes partout.

Une citation de :Gaétan De Bruyn
Gaétan De Bruyn, sa femme et leurs deux adolescents ont passé leur examen médical d'immigration en 2019

Gaétan De Bruyn, sa femme et leurs deux adolescents ont passé leur examen médical d'immigration en 2019.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

C’est pourtant loin d’être le cas. La famille De Bruyn aurait payé beaucoup moins cher si elle s’était rendue à Montréal. Dans la métropole, le même service coûte entre 230 $ et 276 $ par adulte, contre 451 $ à Québec.

M. De Bruyn déplore aujourd’hui cette variation importante de prix. Ce qui me dérange vraiment là-dedans, [...] c'est juste que ça ouvre la porte à un peu tout et n'importe quoi.

Honoraires payés comptant

La facturation du Dr Tremblay soulève des questions chez les immigrants rencontrés par Radio-Canada. Le montant total de 451 $ doit être acquitté en deux paiements différents, ce qui n’est pas le cas dans les cliniques montréalaises.

Deux factures déposées sur une tableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux factures pour un examen médical d'immigration à Québec totalisent 451 $ pour un adulte

Photo : Courtoisie

La première facture de 251 $, payable par crédit ou débit, concerne les tests de laboratoire, comme les analyses de sang et d’urine, ainsi qu’une radiographie des poumons. C’est un laboratoire privé, situé dans la même clinique que le Dr Tremblay, qui donne le reçu.

Par courriel, le laboratoire affirme que ses frais sont compétitifs dans le marché, même s'ils sont plus élevés qu'à Montréal, selon nos informations. L’entreprise ajoute que son entente avec le Dr Jean Tremblay n'est peut-être pas comparable à celles que les cliniques médicales montréalaises ont conclues avec d'autres laboratoires.

La deuxième facture concerne les honoraires du Dr Tremblay lui-même, soit 200 $. C’est le double du tarif exigé par des médecins de Montréal pour les mêmes services, selon nos informations.

De plus, les honoraires du Dr Tremblay doivent être acquittés uniquement en argent comptant, d’après le message envoyé à tous les immigrants avant leur rendez-vous.

Une charte de prix chez un médecin d'immigrationAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans le courriel transmis aux immigrants avant leur examen, un tableau précise que les honoraires du Dr Jean Tremblay doivent être payés en argent comptant

Photo : Courtoisie

C'était stipulé dans l'information qu'on a eue avant l'examen : il fallait venir avec 200 $ par personne en liquide, se souvient M. De Bruyn, qui a donc payé 800 $ en espèces pour sa famille. Le reste pouvait être payé par carte de crédit ou par carte de débit.

Ces honoraires de médecin sont exagérés aux yeux de Lucie Le Breton, une jeune femme d’origine française qui a subi son examen chez le Dr Tremblay, le 7 janvier dernier.

C’est totalement injustifié, 200 $ pour cinq minutes et des questions.

Une citation de :Lucie Le Breton

Je dirais que dans le cabinet du médecin, ça devait être entre cinq et 10 minutes, confirme également Gaétan De Bruyn. C'est difficile à quantifier, mais c'était très rapide, très sommaire.

Des examens incomplets?

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) exige que le médecin passe par des étapes bien précises avec le patient, dont un questionnaire sur les antécédents médicaux.

Un examen physique est aussi requis : mesure du poids et de la taille, examen de la vue et de l’ouïe, prise de la tension artérielle et du pouls, examen du cœur et des poumons, vérification de la peau et de la mobilité des membres et palpation de l’abdomen.

Comme d’autres immigrants interrogés par Radio-Canada, Mme Le Breton affirme que le Dr Tremblay lui a simplement demandé son poids et sa taille, sans prendre lui-même les mesures. Il ne lui a pas fait passer un test de la vue non plus.

Il aurait pu au moins nous mettre sur la balance et nous mesurer. Il avait aussi le test de vue avec les lettres derrière lui, mais il ne m’a pas demandé de les lire.

Une citation de :Lucie Le Breton

IRCC est pourtant catégorique : Un médecin désigné doit inclure ces examens, réitère le Ministère dans un courriel adressé à Radio-Canada.

Le Dr Tremblay se défend

Le Dr Jean Tremblay a décliné notre demande d’entrevue. Par courriel, il réfute l’idée selon laquelle ses examens sont incomplets.

En plus des requérants qui ne sont pas au fait de leurs propres mesures corporelles, les patients pouvant présenter un risque d’obésité morbide sont pesés et mesurés.

Une citation de :Extrait d'un courriel du Dr Jean Tremblay

La vision est évaluée lors de chaque examen, ajoute-t-il, tout en précisant qu’il effectue un test de lecture au mur (avec le tableau de Snellen) en cas de doute.

Contrairement à ce qu’indiquent ses communications officielles avec ses clients, il se défend aussi d’exiger un paiement en argent comptant.

Pour accommoder la clientèle, les virements Interac et les cartes de crédit avec Square Reader pour cartes à bande magnétique sont acceptés, précise-t-il.

Des frais non réglementés

À l’heure actuelle, les frais d’examens médicaux d’immigration ne sont ni réglementés ni couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) ne recommande d’ailleurs aucun tarif particulier pour ces examens et précise qu’il est de la responsabilité des médecins de justifier leurs honoraires.

Invité à s’expliquer sur ses honoraires plus élevés que dans la métropole, le Dr Jean Tremblay affirme que ses tarifs sont calqués sur ceux des examens de compagnies d’assurances proposés par la FMOQ.

Le Collège des médecins n’a pas voulu commenter les tarifs du Dr Tremblay, mais rappelle qu’en vertu de son Code de déontologie, un médecin ne doit réclamer que des honoraires qui sont justifiés par la nature et les circonstances des services professionnels rendus.

Le patient ou le client en désaccord avec les honoraires qui lui sont facturés par un médecin peut déposer une demande de conciliation de compte au Bureau du syndic.

Une citation de :Extrait d’un courriel de Leslie Labranche, conseillère en relations médias au Collège des médecins du Québec

Briser le monopole

L’avocat spécialisé en droit de l’immigration Maxime Lapointe ne comprend pas pourquoi le gouvernement fédéral n'autorise que le Dr Tremblay à faire des examens médicaux d’immigration pour tout le territoire situé à l’est de Montréal, au Québec.

Vu le nombre grandissant de travailleurs étrangers temporaires qui s'installent dans la région de Québec, l’Est-du-Québec [...], il y a de la place pour avoir plus d'un médecin, ne serait-ce que pour éliminer le monopole qui n'a pas lieu d'être, dit-il.

Selon Me Lapointe, il devrait y avoir une certaine uniformité pour des tests qui sont identiques et autoriser d’autres médecins dans la région dicterait le bon prix.

Les gens magasinent. S'ils faisaient deux ou trois coups de téléphone, les moins chers ressortiraient. Les deux autres, il faudrait qu'ils s'ajustent.

Une citation de :Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration
Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration

Me Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l'immigration

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

L’avocat estime aussi que les immigrants seraient mieux servis, car deux médecins offriraient plus de disponibilités pour la prise de rendez-vous.

Pas nécessaire

Le Dr Tremblay est autorisé depuis 2009 à faire des examens médicaux d’immigration, ce qui constitue d’ailleurs son unique pratique.

IRCC confirme que jusqu’en 2015, il y avait un deuxième médecin désigné dans la région de Québec. Pourquoi le Dr Tremblay est-il seul sur le marché depuis six ans?

IRCC a jugé qu’il n’était pas nécessaire de recruter un médecin spécialiste supplémentaire dans la région de Québec, répond le ministère fédéral, parce que le Dr Tremblay respecte les normes de service.

IRCC surveille continuellement la capacité du réseau de médecins désignés, l’augmentation de la demande des clients et des mouvements migratoires, ce qui peut entraîner la désignation de médecins supplémentaires.

Une citation de :Extrait d'un courriel d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)

Le Ministère dit également faire régulièrement des exercices d’assurance et de contrôle de qualité chez les médecins désignés, mais refuse de dire à quand remonte la dernière visite à la clinique du Dr Tremblay.

À ce jour, le Dr Tremblay n’a fait l’objet d’aucune décision disciplinaire de la part du Collège des médecins du Québec. L’organisation ne peut pas révéler si elle a déjà enquêté à son sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !