•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La fibre musicale de la famille Campagne

Connie Kaldor, Paul, Carmen, Suzanne, Émile, Aline, Annette, Michelle et Solange Campagne en répétition générale sur la scène de la Cathédrale St-Paul de Régina.

La famille Campagne se préparant au concert «Hart Rouge fête en Saskatchewan», en 1991.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Connaissez-vous les chansons de Carmen Campagne? Et la musique des groupes Folle Avoine et Hart Rouge? Tous ces artistes sont issus de la même famille fransaskoise : celle d’Émile et Marguerite Campagne.

Émile et Marguerite Campagne ont élevé leurs sept enfants sur une terre agricole de Willow Bunch, en Saskatchewan.

Fiers Fransaskois, ils se sont impliqués tout au long de leur vie à la défense et à la préservation de la langue française dans leur communauté.

Cet attachement à la culture canadienne-française doublé d’une passion pour la musique, les Campagne l’ont transmis à leurs enfants.

Paul, Aline, Annette, Michelle, Solange, Suzanne et Carmen ont grandi en chantant des airs traditionnels en famille. En vieillissant, ils ont fondé le groupe de musique Folle Avoine qui a voyagé à travers le pays pour faire rayonner ce folklore.

Folle Avoine

Courtepointe, 24 mai 1985

Je n’ai certainement jamais rêvé qu'ils allaient faire quelque chose comme ça, confie Émile Campagne dans ce reportage à l’émission Courtepointe du 25 mai 1985.

En 1985, après plusieurs tournées et festivals, le groupe Folle Avoine s’apprête à enregistrer un premier disque, Au rythme du courant.

D’une affaire de famille, Folle Avoine est devenu la principale occupation des frères et sœurs Campagne qui souhaitent s’y consacrer de façon professionnelle.

En plus des chants traditionnels qu’ils interprètent de leurs sept voix, les membres du groupe commencent à composer leurs propres chansons.

« On a commencé par le folklore et c'est comme ça qu'on a eu le goût de chanter »

— Une citation de  Paul Campagne

On ne fait pas ça seulement parce qu'on est la famille, explique Paul Campagne à la journaliste Sylvie Robillard. On croit qu'on a le talent d'essayer de faire ça de façon professionnelle.

Hart Rouge

L’aventure professionnelle de la famille Campagne se poursuit à la fin des années 80 avec un nouveau groupe : Hart Rouge.

De la musique folklorique de Folle Avoine, le groupe Hart Rouge passe à une musique plus contemporaine.

Quatre membres de la fratrie prennent part à cette réorientation  : Paul, Suzanne, Annette et Michelle Campagne.

Video Club, 9 juin 1989

Les harmonies et les arrangements vocaux sont toujours au cœur de la musique de Hart Rouge qui, tout en misant sur cette force, offre résolument un nouveau son et une nouvelle image.

Ça fait tellement longtemps qu'on chante ensemble qu'on connaît le timbre de chaque voix, souligne Suzanne Campagne à l’émission Vidéo Club du 9 juin 1989.

L’émission nous présente le vidéoclip d’une chanson du premier album de Hart Rouge : Et après tout ça.

L'Heure G, 26 août 1991

En 1990, le deuxième album de Hart Rouge connaît un grand succès. Cet extrait de l’émission L’Heure G du 26 août 1991 nous fait entendre le titre C'est elle.

Dans les années suivantes, le groupe qui s’est établi au Québec sera de toutes les grandes scènes avec les Francofolies de Montréal, les festivités du 350e anniversaire de Montréal, le Festival d’été de Québec et le Festival international de jazz de Montréal.

Carmen Campagne

Enceinte de son premier enfant, Carmen Campagne ne participe pas à l’aventure de Hart Rouge.

La musique la rattrape tout de même un peu plus tard alors que son expérience de mère et d’enseignante lui inspire un premier disque de chansons pour enfants.

Qui n’a pas déjà entendu le refrain « Pas capable de tirer ma vache »? Les chansons de Carmen Campagne feront le tour du pays et de la francophonie.

L'accent francophone, 21 décembre 1996

Carmen Campagne s’entretient de son grand succès à l’émission L’Accent francophone du 21 décembre 1996.

 On ne s'attendait pas du tout à ce succès-là , confie la chanteuse à la journaliste Suzanne Savoie. Je ne peux plus sortir faire des courses sans que les gens m'arrêtent.

Les disques de Carmen Campagne sont accompagnés de vidéocassettes qui font le bonheur des enfants. Pour La vache en Alaska, la chanteuse atteindra un record avec plus de 100 000 exemplaires vendus au Canada.

Carmen Campagne demeure attachée à sa Saskatchewan natale. Son enfance à la ferme familiale de Willow Bunch lui inspire de nombreuses chansons.

La fratrie Campagne participe aussi à cette autre aventure musicale. Les chœurs sont chantés par ses sœurs, et son frère Paul Campagne réalise les albums et se charge des arrangements.

 Ce sont des projets de famille pour les familles , exprime Carmen Campagne.  Sans eux, je trouverais ça pas mal difficile. 

Des ambassadeurs fransaskois

Montréal ce soir, 25 avril 2000

Émile Campagne a lui aussi sorti un disque au printemps 2000, à l’âge de 78 ans.

Ce sont ses célèbres enfants qui lui ont fait enregistrer quelques chansons et qui lui ont fait la surprise d'en faire un disque, explique le journaliste Claude Deschênes à la chronique culturelle du Montréal ce soir du 25 avril 2000.

« J'ai toujours eu un amour pour le folklore. Je crois que ça fait partie de notre passé et puis je crois qu'on ne devrait pas l’oublier »

— Une citation de  Émile Campagne

Nous avons toujours fait de notre possible, Marguerite et moi-même, pour passer notre brin de culture à nos enfants, exprime Émile Campagne à cette occasion. Je suis bien fier aujourd'hui de les voir rendus où ils sont.

Pilier de la communauté francophone de la Saskatchewan, c’est ainsi qu’on qualifiera Émile Campagne au moment de son décès en 2008.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.