•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture définitive de la Société canadienne du Cancer en Abitibi-Témiscamingue

Parterre de jonquilles

Chaque mois d'avril, la Société canadienne du cancer vend des jonquilles pour financer ses activités caritatives.

Photo : Istockphoto

Désiré Kafunda

Selon la Société canadienne du Cancer (SCC), c'est la COVID-19 qui les a poussés à fermer leurs portes en Abitibi-Témiscamingue.

Le vice-président initiatives stratégiques, mission et engagement, Diego Mena, explique que cette fermeture est la conséquence de l’impact financier de la pandémie sur la SCC.

C’est une situation qui nous a frappés vraiment de plein fouet. Ce n'est pas juste au Québec, on a plusieurs bureaux qui ont été fermés autour du Canada[...] quand il y a une diminution de 40 % de votre revenu, il faut se réinventer en quelque sorte, dit-il.

Casque d'écoute déposé sur un clavier d'ordinateur.

La Société canadienne du cancer dit avoir maintenu les services qu'elle juge essentiels, comme la ligne d'écoute.

Photo : iStock

M. Mena souligne toutefois que même si ses bureaux régionaux ont dû fermer, la SCC a gardé les services qu’il juge essentiels.

D’une part, la ligne d’information sur le cancer demeure. Les spécialistes sont là justement pour pouvoir épauler les gens, donner l’information la plus à jour sur les données probantes à toute la population, explique-t-il

Il ajoute également que des services comme l'aide financière au transport afin d'aider des personnes à faibles revenus qui doivent se déplacer pour aller à leur traitement ou Parlons cancer.ca sont toujours disponibles.

Déception auprès de bénévoles

Joël Caya a aidé à amasser des fonds pour la SCC à travers le Gala des Grands Chefs de l’Abitibi-Témiscamingue qu’il a présidé pendant quelques années. Lorsqu’on ferme des bureaux locaux, ça n'a plus la même importance, estime-t-il.

Selon lui les employés locaux étaient sur le terrain, connaissaient la population, connaissaient les gens qui s’impliquaient.

La Société canadienne du cancer s'est également retirée du projet d’ouvrir une maison d’hébergement en Abitibi-Témiscamingue pour les personnes qui doivent se déplacer afin de recevoir leurs traitements contre le cancer.

C’est la Fondation de l'Hôpital de Rouyn-Noranda qui a pris le relais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !