•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derek Chauvin, accusé de la mort de George Floyd, fait face à un 3e chef d'accusation

Deux hommes en complet, assis côte à côte et séparés par un plexiglas, au palais de justice.

L'avocat de la défense Eric Nelson (à gauche) et son client, l'ex-policier Derek Chauvin, écoutent les remarques du juge Peter Cahill le 11 mars 2021 au palais de justice du district de comté de Hennepin, dans la ville de Minneapolis, au Minnesota.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

Derek Chauvin, cet ex-policier qui faisait déjà face à des accusations de meurtre au deuxième degré et d'homicide involontaire relativement à la mort de George Floyd, est maintenant aussi accusé de meurtre au troisième degré.

Le juge Peter Cahill, de la cour du comté de Hennepin, a accepté, jeudi, de réinstaurer ce troisième chef d'accusation qu'il avait rejeté en octobre dernier, le jugeant alors inapproprié.

En vertu de cette nouvelle accusation, Derek Chauvin est passible d'une peine maximale de 25 ans d'emprisonnement. La sentence la plus sévère pour les deux autres chefs d'inculpation auxquels il fait face est de 40 ans d'emprisonnement.

L'ex-policier, âgé de 44 ans, a plaidé non coupable. Dans ce procès très médiatisé, la sélection du jury est en cours et les parties feront leur déclaration d'ouverture le 29 mars prochain.

Dans les cas d'accusation de meurtre au deuxième degré, le jury doit être convaincu que des voies de fait très graves ont été perpétrées et qu'elles ont été un facteur déterminant dans la mort de la victime.

Pour ce qui est d'une accusation de meurtre au troisième degré, les procureurs doivent faire la preuve que l'accusé a manqué de respect de manière flagrante à l'égard de la vie humaine, sans toutefois devoir prouver que cela a conduit à la mort de la victime.

Un précédent qui change la donne

Un homme revêtu d'une toge et portant un couvre-visage dans un palais de justice.

Le juge Peter Cahill demande à un juré potentiel de prêter serment pour le procès de l'ex-policier Derek Chauvin, à la suite de la mort de George Floyd, le 25 mai 2020.

Photo : Associated Press

En réintroduisant ce troisième chef d'accusation, le juge Cahill s'est plié à la décision rendue, la semaine dernière, par un panel de la Cour d'appel, qui lui ordonnait de reconsidérer la possibilité d'accuser Derek Chauvin de meurtre au troisième degré.

Le panel de juges a fait valoir que dans le procès d'un autre policier de Minneapolis, Mohamed Noor, un précédent avait été établi et qu'il fallait en tenir compte dans les procédures contre Derek Chauvin.

En effet, au terme d'une cause portée en appel et qui s'est conclue le mois dernier, Mohamed Noor a été reconnu coupable du meurtre au troisième degré d'une femme qu'il avait abattue après qu'elle se fut approchée de son véhicule de police, en 2017.

L'avocat de la famille de George Floyd, Ben Crump, s'est dit satisfait de ce revirement de situation.

Le procès est très douloureux et la famille veut faire son deuil. Nous sommes heureux que toutes les voies judiciaires aient été explorées et que le procès puisse continuer, a-t-il dit dans un communiqué.

Un procès déterminant

La mort de George Floyd, le 25 mai 2020, a entraîné un mouvement de colère historique contre le racisme et les brutalités policières, et ce, tant aux États-Unis que dans le monde.

Le procès de Derek Chauvin est décrit comme l'un des plus importants à survenir dans l'histoire des États-Unis, écrivait dimanche dernier le Washington Post. Il pourrait constituer une sorte de baromètre du changement dans un pays où les policiers sont rarement punis pour s'être comportés de manière abusive et avoir eu recours à des tactiques aux conséquences fatales.

Derek Chauvin, qui est blanc, avait immobilisé l'Afro-Américain de 46 ans en pressant son genou sur le cou de ce dernier. Durant cette intervention musclée – de près de neuf minutes selon les procureurs – George Floyd s'était plaint à de nombreuses reprises qu'il ne pouvait pas respirer.

Les images d'une agonie

Les dernières minutes de la vie de George Floyd avaient été filmées par un témoin, à l'aide d'un téléphone cellulaire, sous l'oeil de passants effarés. L'homme, qui n'était pas armé, avait été intercepté par les policiers pour avoir présumément payé un commerçant avec un faux billet de 20 $ US.

Son décès avait été constaté une heure plus tard, à l'hôpital.

Tout comme Derek Chauvin, les trois autres policiers qui avaient participé à cette intervention ont été congédiés.

J. Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao sont accusés d'aide et de complicité pour meurtre au deuxième degré ainsi que d'homicide involontaire. Ils devraient être traduits en justice en août.

Avec les informations de Agence France-Presse, BBC, et Washington Post

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !