•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : Labeaume prêt à sacrifier Charlesbourg

Un croquis du tramway à l'intersection entre la rue des Frênes et la 1re Avenue. Des passants sont sur le trottoir et une fine neige recouvre le sol.

Une esquisse du tramway au passage de l'intersection entre la rue des Frênes et la 1re Avenue (archives).

Photo : Ville de Québec

Le maire Labeaume proposera cet après-midi aux ministres Guilbault et Bonnardel de prolonger le parcours de tramway jusqu’à D’Estimauville, aux dépens du secteur de Charlesbourg. Le maintien du terminus Le Gendre, dans l’ouest, sera cependant présenté comme un incontournable.

Le mois dernier, le maire Labeaume levait le voile sur les changements au tracé du tramway proposés par le ministre des Transports, François Bonnardel.

Le gouvernement souhaitait prolonger le parcours vers l’est, jusqu’à D’Estimauville, mais retranchait la portion nord du tracé vers Charlesbourg. Quant au terminus Le Gendre, dans l’ouest, il passait tout bonnement à la trappe.

La CAQ aurait proposé un scénario qui changeait considérablement le tracé du tramway.

Selon le maire Labeaume, la CAQ a proposé un scénario qui changeait considérablement le tracé du tramway.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Contre-proposition

Même si Régis Labeaume rejetait alors une proposition faite sur la gueule, les ponts n’ont jamais été rompus avec le gouvernement Legault.

Selon nos informations, la Ville de Québec est maintenant prête à sacrifier l’antenne nord du tramway afin de desservir le secteur D’Estimauville, cher à la Coalition avenir Québec (CAQ).

L’administration Labeaume s’est montrée ouverte par le passé à renoncer au terminus de Charlesbourg en stoppant le tramway à la hauteur de la 41e rue, dans le quartier Lairet.

La proposition préparée à l’intention des ministres Guilbault et Bonnardel escamote désormais complètement la portion prévue sur la 1re avenue.

Le tracé du tramway de Le Gendre à D'Estimauville.

Le tracé proposé par l'administration Labeaume le 11 mars 2021 propose de retirer le tronçon vers Charlesbourg afin d'amener le tramway jusqu'à D'Estimauville.

Photo : Radio-Canada

En bifurquant vers l’est à la hauteur du pôle d’échanges Saint-Roch et en empruntant le chemin de la Canardière jusqu’à D’Estimauville, le tramway pourrait desservir l’Hôpital de l’Enfant-Jésus et le Cégep Limoilou.

La CAQ croit aussi beaucoup à un terminus dans l’est pour offrir un point de transfert intéressant aux gens de Beauport et de la Côte-de-Beaupré.

Évidemment, les résidents du nord de Québec seraient perdants dans un tel scénario, mais les milliards de dollars promis par le gouvernement fédéral pour le financement de nouveaux projets de transport collectif pourraient permettre de prolonger le réseau dans une phase ultérieure.

La clé : Le Gendre

Sauf que la Ville de Québec tient mordicus à son terminus dans le secteur Le Gendre.

Dans une longue envolée aux allures de plaidoyer à l’intention des élus caquistes, le maire Labeaume a rappelé hier l’importance des terrains non développés qui voisinent l’entrepôt IKEA pour répondre à la demande de logements des nouveaux ménages.

Le maire de Québec, Régis Labeaume.

Régis Labeaume, le maire de Québec, en conférence de presse (archives)

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Il a aussi souligné la rareté des emplacements à Québec pour attirer de nouvelles entreprises à vocation technologique.

Le secteur Le Gendre serait par ailleurs tout désigné afin d’accueillir le futur centre d’entretien du réseau structurant.

Pour Régis Labeaume, pas question de construire le garage dans l’est, où l’incinérateur et les installations du Port de Québec sont déjà au cœur des récriminations citoyennes.

La Ville aspire à atténuer la présence industrielle dans le quartier de Maizerets et l’arrivée d’un important garage viendrait nuire à cette ambition.

Le rôle de Guilbault

Selon des sources près du dossier, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, pourrait peser lourd dans la décision finale du gouvernement.

Depuis son élection surprise en 2017, elle a montré bien peu d’empressement à faire avancer le projet de tramway, même si le terminus du secteur Le Gendre est situé au cœur de son comté de Louis-Hébert.

Cette semaine, le conseil de quartier de Cap-Rouge lui a rappelé que l’arrivée du tramway permettait le prolongement de la rue Mendel et l'amélioration des déplacements automobiles, cyclistes et piétonniers dans le secteur.

Geneviève Guilbault avait fait du désenclavement de Cap-Rouge une de ses priorités au moment de son entrée en politique.

Réactions

À l'issue de la rencontre, le maire Labeaume a seulement dit aux médias : je voulais juste vous dire que tout le monde travaille très fort.

Le ministre des Transports, François Bonnardel a aussi brièvement réagi.

Pour sa part, Sol Zanetti, député de Québec solidaire, juge qu'il faut démarrer le projet coûte que coûte quitte à imaginer des phases 2 à ce projet-là avec un nouveau gouvernement qui va aimer davantage le transport en commun.

Je m’attends à ce que le gouvernement montre qu’il n’est pas dogmatique et qu’il se montre enfin un véritable allié du transport en commun, qu’il accepte le compromis de la Ville et qu’il fasse commencer la construction de ce réseau-là le plus tôt possible, a-t-il résumé.

De son côté, le directeur d’Accès transports viables, Étienne Grandmont croit qu'il est très important d’avoir cette première phase-là qui comprend le secteur Le Gendre avec un stationnement incitatif en plus qui va compter plus de 800 espaces, donc ça va devenir le plus gros Parc-O-Bus de Québec.

Il espère que la proposition de la Ville va trouver grâce [aux] yeux [du gouvernement] et qu’on pourra enfin passer à la réalisation du projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !