•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La légalisation du cannabis a eu peu d’effets sur les jeunes, selon une enquête

Une jeune femme blonde fume du cannabis.

Au Manitoba, l’âge légal pour l’achat et la consommation de cannabis est de 19 ans.

Photo : Radio-Canada / CBC

Une enquête réalisée auprès de 951 étudiants manitobains âgés de 18 à 24 ans avant et après la légalisation du cannabis récréatif montre qu’elle a eu peu d’effets sur leur consommation.

Il s’agit de la conclusion des entretiens menés en 2012 et en 2018 par la professeure agrégée et chef du département des sciences expérimentales à l’Université de Saint-Boniface, Danielle De Moissac, et son équipe.

La Loi canadienne sur le cannabis récréatif (LCR) de juin 2018 a fait craindre à certains une augmentation de la consommation de cannabis au sein de la population canadienne, et en particulier étudiante.

Cet âge-là, c'est une véritable étape de vie et une transition importante, explique Mme De Moissac, en entrevue dans l’émission L’Actuel. Les jeunes ont plus d’autonomie et d'indépendance, et donc veulent parfois prendre des risques. C’est en partie pour ça qu’ils sont les plus grands consommateurs au Canada.

Mais la professeure affirme que les données récoltées en 2019 sont légèrement inférieures à celles de 2012.

Le rapport d’enquête indique une hausse de la consommation peu de temps après la légalisation, mais celle-ci a rapidement diminué.

« Il n’y a pas vraiment eu d'effet de la légalisation sur la consommation par les jeunes. »

— Une citation de  Danielle De Moissac, chef du département des sciences expérimentales à l’Université de Saint-Boniface

Selon elle, les jeunes qui étaient déjà des consommateurs ont légèrement augmenté leur usage, mais il n’y a eu que très peu de nouveaux usagers. Ceux qui n’en avaient jamais pris ne se sont pas sentis plus enclins à essayer, précise Danielle De Moissac.

Des résultats similaires ont été observés dans les autres pays où le cannabis récréatif a été légalisé. C’est rassurant de voir qu’il se passe la même chose ailleurs, affirme Mme De Moissac.

Ces résultats peuvent refléter l’inefficacité générale de la législation prohibitive sur le cannabis chez les adultes émergents, peut-on lire dans les conclusions du rapport (Nouvelle fenêtre).

Cependant, la professeure insiste sur la nécessité de faire de la sensibilisation auprès des jeunes et des risques pour leur santé, notamment dans les campus universitaires. Ils pourraient penser qu'il n’y a pas de danger lors de la conduite automobile par exemple, précise-t-elle.

Selon le rapport, la sensibilisation réalisée après la légalisation n’a pas été assez efficace pour « atténuer l’utilisation post-Législation canadienne sur le cannabis récréatif ».

Avec les informations de l’émission L’Actuel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !