•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Danemark, la Norvège et l'Islande suspendent l’usage du vaccin d’AstraZeneca

Au Québec, le directeur national de santé publique estime que ce vaccin ne présente pas plus de risques qu’un autre et encourage la population à aller se faire vacciner dès que possible.

Une fiole du vaccin d'AstraZeneca sorti de la boîte dans laquelle les fioles sont livrées.

Le vaccin contre la COVID développé par AstraZeneca est l'un des quatre vaccins autorisés à l'heure actuelle par Santé Canada.

Photo : Reuters / Hannibal Hanschke

Radio-Canada

La Norvège et l'Islande emboîtent le pas au Danemark et suspendent jeudi l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19 pour deux semaines. L'Agence européenne du médicament (EMA) et le fabricant assurent toutefois que ces craintes sont infondées.

Les autorités danoises ont pris cette décision après avoir reçu des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont reçu une dose de vaccin contre la COVID-19 d'AstraZeneca. Une d'entre elles est d'ailleurs décédée par thrombose.

Elles ont toutefois souligné que cette décision relevait de la précaution en attendant des conclusions des enquêtes sanitaires et qu'à l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins. La Norvège et l’Islande ont emboîté le pas peu de temps après en annonçant qu’ils cessaient également d’utiliser les vaccins d’AstraZeneca par précaution.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré après les décisions des trois pays nordiques que rien ne démontre à ce jour le risque d'une plus forte coagulation sanguine chez les personnes vaccinées contre la COVID-19. Sur les 30 cas de caillots sanguins à travers l'Europe, l'agence a déclaré que le nombre de thromboembolies chez les personnes vaccinées n'est pas supérieur au nombre observé dans la population générale.

22 cas sur 3 millions de doses

Québec n’a pas tardé à réagir. Le directeur national de santé publique, le docteur Horacio Arruda, a affirmé suivre la situation de très près, mais qu’il n’avait aucun indice qui laissait croire que ce vaccin présente plus de risques qu’un autre.

Il ne faut pas hésiter à recevoir le vaccin, rappelle-t-il par communiqué. Lorsque votre tour viendra, il est très important de vous faire vacciner. C’est notre meilleur moyen d’en finir avec cette pandémie.

Une citation de :Dr Horracio Arruda, directeur national de santé publique du Québec

Depuis le début de la vaccination en Europe, seulement 30 cas de thromboses ont été signalés pour plus de 5 millions de personnes, selon l'EMA.

Aucun lien entre le vaccin et le décès en Autriche

L'Italie a pour sa part interdit jeudi le lot de vaccins ABV2856 d'AstraZeneca, elle aussi par crainte de caillots de sang. Aucun lien n'a été établi pour l'instant entre l'administration des doses de ce lot de vaccin et l'apparition des symptômes, a précisé l'AIFA, qui a dit procéder à toutes les vérifications nécessaires.

En début de semaine, l'Autriche a cessé d'administrer un autre lot de vaccins d'AstraZeneca (ABV5300) après le décès d'une infirmière de 49 ans qui a succombé à de graves troubles de la coagulation quelques jours après l'avoir reçu.

L'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg avaient dans la foulée suspendu la vaccination avec ce même lot d'un million de doses, livré dans 17 pays. Une enquête préliminaire de l'EMA a toutefois indiqué qu'il n'y avait aucun lien entre le vaccin d'AstraZeneca et ce décès.

Un vaccin sûr et efficace

Le laboratoire anglo-suédois, qui a développé le vaccin avec l'Université d'Oxford, continue de défendre son produit. La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données confirment que le vaccin a été généralement bien toléré, a indiqué un porte-parole d'AstraZeneca.

D'autres pays, comme le Royaume-Uni, l’Espagne, la Suède et les Pays-Bas, ont annoncé qu'ils continueraient à l'injecter.

Nous avons été clairs sur le fait que [le vaccin] est à la fois sûr et efficace, a déclaré un porte-parole du premier ministre Boris Johnson. Lorsque les gens sont invités à se présenter pour le recevoir, ils doivent le faire en toute confiance.

L'Espagne n’a enregistré aucun cas de caillots sanguins liés au vaccin d'AstraZeneca, seulement des effets secondaires mineurs, a révélé la ministre de la Santé, Carolina Darias, jeudi.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !