•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les communautés plus diversifiées montrent un taux de mortalité plus élevé

Une infirmière se penche sur un patient de la COVID-19 à l'hôpital.

Une infirmière se penche sur un patient de la COVID-19 à l'hôpital.

Photo : Getty Images / Mario Tama

CBC News

Des données de Statistique Canada révèlent que le taux de mortalité due à la COVID-19 dans les quartiers diversifiés culturellement est deux fois plus élevé que celui dans les secteurs à majorité blanche.

L'organisme souligne que les personnes noires, en particulier, sont beaucoup plus susceptibles de succomber au virus que les membres d'autres groupes ethniques.

De janvier 2020 à janvier 2021, le taux de mortalité était en moyenne de 35 décès pour 100 000 habitants dans les régions diversifiées, comparativement à une moyenne de 16 décès par 100 000 personnes dans des régions où moins de 1 % de la population est composée de minorités visibles.

Le taux de mortalité des femmes des régions où les minorités visibles sont les plus présentes a été près de trois fois plus élevé que celui pour les femmes des régions à prédominance blanche.

La Colombie-Britannique et le Québec en tête de liste

La Colombie-Britannique a enregistré 10 fois plus de décès dans les régions diversifiées (5,6 décès pour 100 000 habitants) que dans des endroits presque entièrement blancs (0,5 décès pour 100 000 habitants).

Les régions du Québec à la population diversifiée ont enregistré beaucoup plus de décès liés à la COVID-19 que dans celles à majorité blanche, soit 123 pour 100 000 contre 35,1 pour 100 000.

À Montréal, le taux de mortalité était de 149,3 décès pour 100 000 habitants dans les régions avec les pourcentages les plus élevés de personnes noires, comparativement à 88,1 pour 100 000 dans les régions avec les pourcentages les plus faibles.

Vaccination : plus d'hésitation chez les Noirs

Sur la base des données collectées en septembre 2020, à une époque où l'on avait peu d’informations sur le vaccin, 77 % des personnes noires ayant répondu à une enquête de Statistique Canada ont déclaré qu'elles n'étaient pas très susceptibles de se faire vacciner – soit près de 20 points de plus qu'au sein des populations blanches, chinoises et sud-asiatiques.

Les personnes ayant un niveau de scolarité égal ou inférieur à un diplôme d'études secondaires ont également montré des taux plus élevés d'hésitation par rapport à la vaccination.

Une proportion de 64 % des personnes ayant une scolarité de niveau secondaire ou moins ont déclaré qu'elles n'étaient pas susceptibles de se faire vacciner. Un taux deux fois supérieur à celui des personnes ayant un niveau d'éducation plus élevé.

Les personnes appartenant à une minorité visible présentent également des taux de chômage plus élevés et des niveaux de stress financier plus élevés, car elles sont plus susceptibles d'occuper des emplois à bas salaire qui ne peuvent pas être exercés à distance, selon Statistique Canada.

Une proportion de 12 % des membres des minorités visibles ont déclaré être sans travail en janvier 2021, comparativement à 9 % des Canadiens blancs.

Statistique Canada a constaté que les Canadiens noirs et les Canadiens d'origine arabe, sud-asiatique, latino-américaine et philippine étaient beaucoup plus susceptibles de déclarer avoir trouvé difficile ou très difficile de respecter leurs engagements financiers de base au cours du dernier mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !