•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monique Giroux et Luc Plamondon veulent une maison pour la chanson

Fondé par l’animatrice Monique Giroux et le célèbre auteur-compositeur Luc Plamondon, cet organisme rêve de s’installer dans l’ancienne bibliothèque Saint-Sulpice.

Montage photo de l'homme et la femme sur un fond bleu ciel.

Monique Giroux et Luc Plamondon

Photo : Radio-Canada / Mathieu Blanchette

Radio-Canada

La Maison de la chanson et de la musique (MCM) est un organisme à but non lucratif dont l’objectif est de créer un lieu physique dédié à la chanson et à la musique québécoise. Fondé par l’animatrice Monique Giroux et le célèbre auteur-compositeur Luc Plamondon, cet organisme rêve de s’installer dans l’ancienne bibliothèque Saint-Sulpice.

C’est un projet que je caresse depuis très longtemps, depuis mon émission Les refrains d'abord, a avoué Monique Giroux en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse de l’émission Le 15-18.

Aidée d'un conseil d'administration, l’animatrice d’ICI Musique entend donc bâtir un lieu physique pour la chanson québécoise.

Un abri pour la mémoire [de la chanson], mais aussi pour son avenir. J’ai envie que les genres et les générations se rencontrent, que les époques se croisent. Je veux encourager le présent et l’avenir, et cultiver la mémoire, mais dans un lieu avec une adresse et des portes qui s’ouvrent sur la rue.

Une citation de :Monique Giroux

Elle ajoute que cette maison existerait tant pour les jeunes qui se bousculent pour participer à Star académie que pour les personnes qui arrivent au pays et ne parlent pas toujours français.

Y a-t-il quelque chose de plus sympathique et ludique que de se réunir autour d’une chanson? Traduire Les gens de mon pays en mandarin, en arabe, il n’y a rien de plus simple de nos jours. On perd la poésie, mais on peut comprendre le sens d’une chanson et sentir qu’on partage la culture, explique Monique Giroux..

Monique Giroux a plusieurs autres projets pour cette Maison : faire des classes pour les jeunes, exposer la guitare de Dédé Fortin ou la vie d’Alys Robi, offrir un spectacle de rap ou une classe de maître de l’Orchestre symphonique de Montréal. Ce serait un lieu vivant où l’on se rassemblerait. Et aussi un lieu qui rassemble les organismes et les nombreuses associations. Pourquoi ne pas unir nos forces pour qu’on soit réunis dans un seul et même lieu?, soulève-t-elle.

Un lieu convoité

Le lieu physique de la MCM pourrait être l’ancienne bibliothèque Saint-Sulpice, située rue Saint-Denis, dans le Quartier latin à Montréal, et qui est inoccupée depuis 2005. Un projet de Bibliothèques et Archives nationales du Québec (BAnQ) devait y voir le jour, mais n’est plus dans les plans du gouvernement Legault.

Monique Giroux explique avoir présenté son projet au ministère de la Culture et des Communications. Avec Luc Plamondon, on a rencontré ministres et sous-ministres il y a deux ans. Il a été présenté dans sa forme actuelle il y a plus d’un an, juste avant la pandémie. On les a toujours tenus au courant de son évolution, car avec le conseil d’administration, on a continué de l’enrichir.

La devanture du bâtiment, l'hiver.

L'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice est vacante depuis 2005.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Évidemment, la bibliothèque Saint-Sulpice est un rêve pour Monique Giroux. Cependant, elle explique avoir visité plusieurs autres endroits pour abriter la MCM.

L’animatrice ne peut chiffrer les montants nécessaires pour l’établissement de la MCM. Ça dépendra du lieu où l’on s’installera. La bibliothèque Saint-Sulpice a besoin de l’argent déjà estimé pour pouvoir être restaurée. On a fait la première étape de faisabilité avec une firme spécialisée. On en est à la deuxième étape pour estimer les coûts techniques en fonction d’un lieu désigné. Ce qui ne nous empêche pas de rêver à la bibliothèque Saint-Sulpice avec beaucoup de fraîcheur et de passion. On est très au fait de tout ce qu’il y a à faire, conclut Monique Giroux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !