•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes lancent une série de formations sur le mieux-vivre communautaire

Table avec quatre personnes, respectant une distance de deux mètres.

Plusieurs partenaires du milieu francophone de la Saskatchewan font partie intégrante de cette initiative visant à combattre l’intimidation et la discrimination.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

Quatre organismes fransaskois, en partenariat avec la Cité universitaire francophone, lancent une nouvelle formation participative communautaire intitulée « Osons le mieux-vivre communautaire! ». Elle est initiée et sera animée par le Fransaskois, Abdoulaye Yoh.

La formation se décline en une série d’ateliers thématiques indépendants et portant sur les enjeux du vivre ensemble dans un contexte de pluralité, selon un communiqué.

Le tout premier atelier, financé par le Conseil culturel fransaskois (CCF), sur le thème Racisme, discrimination, et intimidation : et si on en parlait?, vise à démystifier ces mots et ces concepts, et à mieux comprendre leurs impacts sur les personnes, selon la présidente du CCF, Anne Brochu Lambert.

Il sera offert gratuitement aux employés et aux élus de l’ensemble du réseau associatif de façon virtuelle, du 24 mars au 29 avril.

Les ateliers seront limités à une quinzaine de participants, notamment pour permettre et faciliter les échanges, selon Anne Brochu Lambert.

La présidente de la Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan (CAFS), Sylvie Niyongere, souhaite notamment que ces ateliers se penchent sur le racisme systémique. Elle estime qu’il faut comprendre les enjeux de l’intimidation et du racisme au sein de nos communautés.

« Si on réussit à avoir un dialogue ouvert sur ces sujets, on va pouvoir mieux comprendre les enjeux qui les entourent, et peut-être permettre à la communauté d’être sur la même longueur d’onde. »

— Une citation de  Sylvie Niyongere, présidente de la CAFS

Des formations par, mais aussi pour les organismes

Pour donner l’exemple, les membres des différents organismes partenaires de l'initiative comme l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), le Conseil des écoles fransaskoises (CEF), ou encore le CCF et la CAFS suivront cette formation.

La priorité d’inscription pour ce premier déploiement est pour les employés et les élus du réseau communautaire fransaskois.

Rectificatif :

Une version précédente de cet article mentionnait à tort que les membres du public pouvaient s’inscrire s’ils le voulaient. Or, seuls les employés et les élus du réseau communautaire fransaskois peuvent s'inscrire.

Un membre du public ordinaire ne peut pas en ce moment s’inscrire sauf s’il ou elle reçoit une invitation expresse d’un organisme fransaskois.

Les plages horaires sont assez variées, justement pour faciliter la participation de la communauté, et il est possible de contacter le CCF pour toute question, selon Anne Brochu Lambert.

La création de cette formation fait suite à un appel des quatre organismes impliqués qui se sont unis pour dénoncer l'intimidation, le racisme et la malveillance dans la communauté fransaskoise.

Un rapport final concernant un sondage sur le sujet et proposé à la communauté fransaskoise est en cours de production. Selon Anne Brochu Lambert, le rapport pourrait être rendu public vers le milieu du mois d’avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !