•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide financière de 375 000 $ pour l’industrie touristique madelinienne

Le site historique de La Grave avec les buttes du Havre-Aubert en arrière-plan.

Les modalités d'octroi de l'aide financière seront précisées prochainement (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les entreprises touristiques des Îles-de-la-Madeleine touchées par la baisse d'achalandage en 2020 peuvent compter sur une aide financière supplémentaire de 375 000 $.

Les fonds sont octroyés par le ministère du Tourisme et Communauté maritime des Îles qui versent respectivement 300 000 $ et 75 000 $ sous forme de subventions non remboursables.

L'aide financière sera gérée par Tourisme Îles de la Madeleine par l'entremise d'un 4e volet ajouté à l'Entente de partenariat régional en tourisme.

Le président de Tourisme Îles de la Madeleine, Jacky Poirier, précise que les critères d'admissibilité à l’aide financière restent à préciser, mais les fonds devraient d'abord être destinés aux entreprises qui profitent habituellement des retombées des voyages organisés.

Nous voulons aider des entreprises qui reçoivent des groupes en temps normal et qui ont souffert de ce manque-là, qu’on parle des croisières ou des groupes d’autobus, et qui ont des actifs qui sont montés depuis plusieurs années et qui seraient très durs à remplacer aujourd’hui, mentionne Jacky Poirier.

La façade d'un hôtel avec une pancarte où il est écrit "Auberge Madeli - Hôtels Accents".

La directrice des Hôtels Accents estimait les pertes financières entre 50 % et 70 % à la fin de l'été 2020, notamment en raison de l'annulation des voyages de groupe (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

On va établir des critères bien clairs, et en cas de doute, les entreprises peuvent communiquer avec Tourisme Îles de la Madeleine, ajoute M. Poirier en précisant que des rencontres sont prévues d'ici la fin du mois pour confirmer toutes les modalités d’accès à l’aide financière.

L’idée principale, c’est d’aider des actifs stratégiques qui ont réellement eu des pertes, résume le président de la Communauté maritime des Îles, Jonathan Lapierre. On veut être sûr et certain que chaque sou qui va être octroyé va l’être dans l’objectif de maintenir des infrastructures stratégiques et de maintenir l’entreprise qui supporte les infrastructures en question.

En 2020, l’archipel madelinot a connu sa pire saison touristique depuis 1996 avec moins de 30 000 visiteurs entre le début juillet et la mi-septembre.

Préserver l’offre touristique

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, soutient que cette aide financière permet de préserver l’offre touristique madelinienne et d’éviter de déstructurer l’industrie d’ici la relance complète des activités touristiques.

L’offre touristique madelinienne doit demeurer robuste lors de la reprise afin qu’elle puisse se positionner dans l’échelle internationale comme étant une destination de calibre mondiale.

Une citation de :Caroline Proulx, ministre du Tourisme

Les îles de la Madeleine, aujourd’hui on le dit haut et fort, c’est un actif stratégique important. Il a la même valeur aux yeux du gouvernement du Québec que les portes d’entrée que sont Québec, Montréal et l’Outaouais.

Les falaises de Havre-aux-Maisons

La ministre Caroline Proulx a insisté sur la «valeur stratégique» des îles de la Madeleine aux yeux du gouvernement du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Accès au territoire

Questionnée sur les enjeux d’accès au territoire madelinot en vue de la prochaine saison touristique, la ministre du Tourisme soutient que les discussions se poursuivent avec l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, sans toutefois confirmer des avancées concrètes dans le dossier.

Les discussions ont lieu en temps réel, affirme Caroline Proulx. C’est important pour notre gouvernement de continuer d’avoir ces discussions-là avec les provinces maritimes.

La ministre indique que son gouvernement a proposé de désigner des hôtels où les voyageurs pourraient s’arrêter.

Un policier parle avec un automobiliste avec en arrière-plan une pancarte de l'Île-du-Prince-Édouard

Le Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard refusent toujours que les Madelinots et les visiteurs s'arrêtent pour dormir sur leur territoire lors d'un transit entre l'archipel et le Québec continental (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, déplore que Québec fasse du surplace dans le dossier.

La meilleure façon de relancer l’industrie touristique des Îles, c’est permettre l’accès à l’archipel madelinot, soutient M. Arseneau. Et là-dessus, on joue dans le même film que l’an dernier parce que les visiteurs se demandent encore s’ils vont pouvoir passer à travers le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard de façon plus sécuritaire qu’à l’heure actuelle. Il faut que l’accès soit plus fluide et sécuritaire que l’été dernier.

Par ailleurs, le député madelinot qui avait demandé qu’une aide financière spécifique aux entreprises touristiques madeliniennes soit mise en place accueille favorablement l’octroi des 375 000 $, bien que les modalités d'accès aux fonds demeurent à préciser.

Je fais confiance aux administrateurs locaux pour que cette aide soit offerte à ceux qui en ont véritablement besoin, affirme Joël Arseneau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !