•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enseignement à l’extérieur a connu un souffle nouveau grâce à la pandémie

Une femme enseigne devant un groupe à l'extérieur.

Très populaire pendant la pandémie, l'enseignement à l'extérieur du préscolaire au secondaire pourrait devenir une habitude.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Radio-Canada

Très populaire pendant la pandémie, l'enseignement à l'extérieur pourrait devenir une habitude du préscolaire au secondaire, selon les résultats d’une enquête menée par des professeurs de l'Université de Sherbrooke.

Selon une enquête effectuée en ligne auprès de 1008 enseignants de la province, 84 % des enseignants du préscolaire et du primaire soutiennent qu'ils continueront à enseigner à l’extérieur après la pandémie. Au secondaire, le chiffre est encore plus élevé avec 89 %.

Ces chiffres sont de très bon augure pour l’avenir selon Jean-Philippe Ayotte-Beaudet, professeur à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, qui a mené cette enquête avec l'un de ses collègues de la Faculté des sciences de l’activité physique. Il pense même que la pandémie aura été un catalyseur pour cette pratique. Les activités pédagogiques à l’extérieur permettraient notamment de diminuer la sédentarité, selon lui.

Cette année, il y a davantage d’enseignants qui font des activités d’apprentissage à l’extérieur avec leurs élèves. Particulièrement au préscolaire et au primaire, [où] on a constaté une augmentation de 43 %, explique-t-il.

L’intention de faire des activités d’apprentissage avec les élèves à l’extérieur est bien présente, même au-delà de la pandémie.

Une citation de :Jean-Philippe Ayotte-Beaudet, professeur de la Faculté d’éducation à l’Université de Sherbrooke

Les établissements plus favorables à cette pratique

Selon le professeur, les répondants de l'enquête ont indiqué que les directions d’établissements semblaient être plus favorables à l’enseignement à l’extérieur en contexte de la pandémie. On peut présumer que c’est par rapport aux avantages sanitaires [...] Cette année, on a constaté que le blocage [qui pouvait exister auparavant] était moins présent, souligne-t-il.

Selon les résultats de cette enquête, près de 30 % d’enseignants du primaire et 24 % du secondaire n'avaient jamais donné d'activités d’apprentissage à l’extérieur.

Les disciplines pour lesquelles l’enseignement à l’extérieur a été favorisé par les répondants sont l’éducation physique, le français, les mathématiques, les sciences, les arts et l’univers social pour le primaire. Au secondaire, il s’agit surtout de l’éducation physique et des sciences et technologies.

Parmi les 1008 répondants de cette enquête en ligne, 682 sont des enseignants au préscolaire et au primaire et 326 se trouvent au secondaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !