•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de la vaccination des 90 ans et plus à Ottawa

Des rubans pour organiser les files d'attente dans une salle vide.

Installations pour la vaccination contre la COVID-19 au Sportsplex du quartier Nepean, à Ottawa

Photo : Ville d'Ottawa

Les efforts de vaccination de la population générale à Ottawa débutent lentement, alors que les personnes âgées de 90 ans et plus peuvent maintenant prendre rendez-vous, peu importe le quartier dans lequel elles résident.

La Ville a commencé à vacciner les populations de certains quartiers à risque, la semaine dernière.

Cependant, leurs voisins de Gatineau n'ont rien à envier aux Ottaviens, alors que mercredi, c’est au tour des 70 ans et plus de prendre leur rendez-vous, soit par téléphone ou sur Internet, de l'autre côté de la rivière des Outaouais.

À Ottawa, les rendez-vous ne peuvent être pris que par téléphone et des problèmes avec ce système sont dénoncés.

Joan Bishop, 94 ans, a tenté d’obtenir un rendez-vous mercredi, sans succès. Elle dit avoir téléphoné à une trentaine de reprises, mais à chaque fois, la ligne a été coupée à la suite d’un message indiquant que le volume d’appels était trop important.

Ce qui me dérange, c'est qu’apparemment, personne n’a sérieusement pensé au système téléphonique de prise de rendez-vous, soutient Mme Bishop frustrée. Cela fait un an maintenant que nous vivons cette pandémie, nous sommes fatigués, nous avons été extrêmement bons, nous ne sommes allés nulle part, n'avons pas vu nos petits-enfants. Nous voyons enfin une petite lueur d'espoir et ensuite, ils mettent cet obstacle sur notre chemin.

Engorgement du système de réservation téléphonique

Le directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville, Anthony Di Monte, reconnaît qu'il y a un engorgement du système de réservation téléphonique.

On croit que ça va diminuer dans les prochains jours, dit-il, plaidant qu'il est normal qu'il y ait un trop-plein d'appels au tout début.

Il rappelle que les personnes qui ne sont pas admissibles pour la vaccination, pour l'instant, ne devraient pas téléphoner au numéro dédié aux personnes de 90 ans et plus. Ne soyez pas inquiets. Vous allez avoir votre vaccin. Soyez patients avec nous, a-t-il lancé à leur adresse en point de presse, mercredi.

Il ajoute aussi que les professionnels de la santé qui pourront bientôt se faire vacciner ne doivent pas prendre leur rendez-vous par téléphone, mais en ligne, sur le site web de Santé publique Ottawa (SPO).

Après le personnel des urgences et les ambulanciers, les travailleurs de la santé en contact direct avec des patients qui sont considérés comme à priorité très élevée peuvent s'inscrire, depuis mercredi. On parle entre autres des médecins, des dentistes, des infirmiers praticiens, des sages-femmes et des physiothérapeutes communautaires.

La vaccination commencera le vendredi 12 mars à la clinique communautaire du Sportsplex, de Nepean. SPO estime que le groupe cible des 90 ans et plus représente environ 6000 personnes.

De grands rideaux de plastique séparent des espaces munis de chaises.

Les installations au Sportsplex de Nepean pour la vaccination, à Ottawa

Photo : Ville d'Ottawa

La province doit lancer un système de prise de rendez-vous à grande échelle, sur le web, le 15 mars.

Différence entre l'Ontario et le Québec

La différence entre l’Ontario et le Québec se fait sentir au niveau de l’approvisionnement des vaccins, note M. Di Monte

Ça ne se compare pas, parce que les règles sont un peu différentes entre l’Ontario et le Québec. Pour Ottawa, c’est le nombre de doses que nous avons. Nos sept centres sont prêts à fonctionner 24 heures s’il le faut, mais on n’a pas assez de doses. On peut seulement faire nos groupes prioritaires.

Une citation de :Anthony Di Monte, directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville d'Ottawa

À la fin de chaque semaine, il ne nous reste aucune dose, c’est vraiment ça qui nous retarde, soutient-il en entrevue à l’émission Les matins d’ici.

Une personne parle dans un micro.

Antony Di Monte, directeur général, Services de protection et d’urgence d'Ottawa lors de la visite d'un centre de vaccination éphémère

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Selon lui, la cadence devrait changer après le 22 mars où 50 000 doses sont attendues. À ce moment-là, on va être capable de passer au prochain groupe, assure-t-il.

D’autres cliniques de vaccination communautaires ouvriront dans toute la ville après la mise en place d’un système de réservation provincial et l’augmentation de l’approvisionnement en vaccins, écrit SPO dans un communiqué. Les résidents admissibles pourront alors aussi prendre rendez-vous à ces endroits. Il y aura donc beaucoup plus d’occasions de prendre rendez‑vous.

SPO affirme qu’elle pourra la semaine prochaine offrir plus de renseignements sur les centres de vaccination et sur la façon de prendre un rendez-vous.

Avec les informations d'Émilie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !